Tournai-Ath-Mouscron Antoine Leleu vient de remporter le championnat de Belgique de cyclisme des services de police.

Antoine Leleu, 24 ans, a deux casquettes. Ce conseiller en mobilité à la zone de police de Comines-Warneton est également un excellent cycliste. Celui qui est passé par les équipes Color Code et Véranclassic-AGO vient de remporter le maillot tricolore à l’occasion du championnat de Belgique… des services de police, le 15 avril dernier, à Bonheiden, près de Malines. "Il y avait une soixantaine de concurrents. J’y suis allé et je pensais avoir gagné d’avance mais j’ai été surpris. Il y avait en fait un excellent niveau", glisse Antoine Leleu. "Ça roulait vite avec une moyenne de 43,5 km/h sur un parcours de 80 km. J’ai dû me faire très mal pour gagner."

Le Cominois peut maintenant espérer remporter le titre européen. La course se déroulera en septembre prochain en Belgique, à Herentals.

"Je roule aujourd’hui avec l’équipe Dunkerque littoral cyclisme, en seconde division nationale en France", poursuit notre interlocuteur. "C’est une superbe équipe avec une excellente ambiance. Nous sommes seconds pour l’instant et nous pourrions monter parmi l’élite à la fin de la saison", glisse Antoine.

Mais à vrai dire , ce n’est pas vraiment dans les plans du Cominois qui veut devenir policier. "Je n’ai plus envie de faire que ça, que du cyclisme. Je n’ai fait que ça pendant 5 ans et je pense avoir fait le tour. Je n’ai pas ma place au plus haut niveau. C’est beau de vivre un rêve mais ne pas en vivre, et juste survivre tous les mois, ça ne va pas."

Antoine Leleu est entré en septembre 2016 à la zone de police de Comines-Warneton. "J’ai tout d’abord fait un remplacement dans la logistique puis comme conseiller en mobilité depuis janvier 2017. Je suis en train de passer le concours pour être inspecteur. J’ai fait quelques tests et je dois passer devant une commission, avant de passer une année à l’académie."

Antoine Leleu est entré à la zone de police de Comines-Warneton, avec la volonté de devenir policier, lors d’une sortie à vélo. "Un agent de quartier qui roule avec moi le dimanche a appris que j’arrêtais la compétition il y a 2 ans. Il m’a parlé de son métier et je trouvais cela intéressant. Je me suis renseigné. Je suis allé à une séance d’information et j’ai été pris par ce qu’ils faisaient. Il n’y a pas de routine, de l’adrénaline, le terrain, le fait de ne pas rester derrière un bureau… J’ai besoin de bouger."

En attendant de troquer la casquette pour le képi, le conseiller en mobilité veut continuer à rouler à vélo. "Au début, je voulais tout arrêter mais le vélo, c’est une passion. J’avais besoin de continuer. Après le travail, je roulais. J’étais et je suis pour l’instant souvent assis sur une chaise et le vélo, ça me démangeait. Ça me démange toujours. C’était un manque quand on a fait du vélo tous les jours. Je ne fais plus le métier comme je le faisais avant. Mais je ne me prends plus trop la tête. Avant, il fallait faire les sacrifices. Aujourd’hui, je ne me pèse plus et je mange des frites."

Coureur offensif et rouleur, équipier modèle en course quand il déploie sa grande carcasse pour protéger le sprinteur, Antoine Leleu veut aujourd’hui se mettre au service d'une autre équipe, celle de la police de Comines-Warneton.

© Dupuis