Tournai-Ath-Mouscron

L'école flamande De Taalkoffer veut être reconnue et subsidiée par la Communauté française

COMINES Les sorcières de Comines, un documentaire de la RTBF. Les Cominois n'ont pas oublié les origines de ce reportage.

En 1980, l'école fondamentale De Taalkoffer était fondée : un établissement scolaire où l'enseignement est donné en néerlandais et qui est situé dans une commune wallonne avec des facilités pour les néerlandophones. Des francophones avaient alors manifesté contre sa création. C'est même allé très loin : saluts hitlériens, excréments dans les boîtes aux lettres,...

L'école revient à la une. Son directeur réclame une clarification de la situation. "Depuis sa création, l'école a été financée par la Flandre, ce qui est anormal. Elle n'a n'a toujours pas été reconnue par la Communauté française ni même par la ville de Comines ... À l'autre bout de la Belgique, Fourons, une commune flamande à facilités pour les francophones, possède une école où l'enseignement est donné en français. Et elle est subsidiée par la Flandre" , lance Tom Vandermeulen, le directeur de De Taalkoffer . "Il y a juste des problèmes avec le politique. Pourquoi ? Aucune idée. L'école est soi-disant illégale... Les sorcières de Comines, c'est pourtant du passé. Nous n'avons d'ailleurs aucun problème avec les Cominois."

Reconnaissance et subsides, voilà ce que réclament Tom Vandermeulen et l'ASBL Knokk, qui aide l'école financièrement à la Communauté française. Si ce n'est pas fait, l'affaire serait portée devant le Conseil d'État.



© La Dernière Heure 2008