Communication, audace et solidarité

Cédric Ketelair Publié le - Mis à jour le

Tournai-Ath-Mouscron

Des centaines d’étudiants ont participé au rhéto-défi

MOUSCRON Il était un peu plus de 8 h quand les premiers groupes d’étudiants sont partis pour réussir les nombreux défis qui les attendaient en cours de journée. Deux heures plus tard, les derniers partaient après s’être inscrits au café Chez Nous à Mouscron, QG des professeurs d’éducation physique.

Dix-neuf épreuves physiques et intellectuelles étaient au menu des rhétoriciens des écoles de Mouscron. Au Tremplin, où les professeurs ne manquent jamais d’imagination, ni d’humour d’ailleurs, une épreuve d’équilibre et un super défi dans le noir étaient programmés. “Le but est que les élèves se parlent et collaborent. Chaque année, nous recherchons une épreuve créative et accessible à tous” , explique un professeur.

À la ferme Saint-Achaire, l’ASBL Aide aux parents d’enfants leucémiques (APEL), qui a reçu les bénéfices de ce rhéto-défi 2012, avait préparé une marche de l’éléphant. Ce jeu consiste à taper des quilles avec une balle de tennis placée dans un bas que l’on porte sur la tête. Des lettres sont dévoilées et une énigme est à trouver.

Fabien Joseph, président de l’Apel, explique que l’association “vise à aider les parents d’enfants leucémiques à faire face aux coûts des traitements, qui sont assez lourds” . Elle soutient aujourd’hui une dizaine de familles en Belgique et reçoit de l’argent via des dons et des activités qu’elle organise : repas, concerts, matchs de mini-foot entre des anciennes gloires de l’Excelsior et des journalistes…

La Défense tenait aussi à être là. “Ces élèves sont en dernière année. L’armée est peut-être une piste de carrière pour eux” , raconte l’adjudant Serge Van Malderen. “Nous avons préparé un exercice de team-building avec une personne dans le groupe qui a un petit handicap. Le but est d’aider cette personne et d’avancer en communiquant et en travaillant en équipe. Chaque équipe doit choisir un leader et dépenser beaucoup d’énergie.”

Et cette débauche d’énergie a payé car une somme de 2.000 € a été remise à l’Apel. “Et l’investissement à Sainte-Claire a été rentable” , plaisante Bernard Decabooter, professeur d’éducation physique à la base du projet avec d’autres collègues.



© La Dernière Heure 2012
Publicité clickBoxBanner