Tournai-Ath-Mouscron

Elle écope d'une peine de travail pour avoir vendu des copies de grandes marques vestimentaires.

Le tribunal correctionnel a statué, jeudi, sur le sort d’une jeune femme ayant commercialisé entre avril et mai 2014 des vêtements contrefaits au préjudice de grandes marques réputées sur le marché du prêt-à-porter. Âgée de 29 ans, M.B. devra accomplir une peine de travail étalée sur 50h - sans quoi elle s’expose à quatre mois de prison ferme - tout en dédommageant les sociétés Boss (4600€) et Lacoste (2800€) qui sont les seules à s’être constituées partie civile. Le dossier répressif mentionne la liste de toute une série d’autres marques prestigieuses dont la gérante renvoyée à la barre écoulait des copies dans une boutique installée à Comines. Citons Adidas, G-Star, Diesel, Chanel, Burberry, Gucci ou encore Vuitton. 

La justice tournaisienne a également ordonné la confiscation et la destruction des articles saisis lors d'une descente par les services d’inspection. Pour le substitut du procureur du Roi, la prévenue ne pouvait ignorer le caractère frauduleux et illégal des habits proposés à sa clientèle. Aux enquêteurs, celle-ci n’a pas été en mesure de fournir la moindre facture relative à cette marchandise illicite.