Tournai-Ath-Mouscron Le CARAH accueille des stagiaires chinois qui suivent une formation sur la pomme de terre exclusivement financée par la Chine

La ferme pilote du CARAH sait recevoir. En 2015, à l’occasion des démonstrations Potato Europe à Kain, le Gouverneur de Wuxi, ville d’où viennent les stagiaires, effectue une visite officielle. Suite à une discussion avec le député provincial Serge Hustache et les responsables du CARAH, l’idée de mettre sur pied un centre belgo-chinois de la pomme de terre en Chine est émise.

Une année plus tard, en 2016, cette idée se concrétise par la signature d’un accord qui prévoit une collaboration intensifiée pour les cinq années suivantes, avec un financement assuré par le comté de Wuxi. Pour ce projet, un agronome a été engagé par le CARAH pour que celui-ci s’y consacre essentiellement. "J’ai été très frappé qu’en Chine, aussi bien les gouverneurs, les responsables de municipalités, les ambassadeurs et autres accordent une très grande importance à ce travail de la pomme de terre", commente Serge Hustage, qui n’hésite pas à mettre en avant la plus-value de ce projet pour la province du Hainaut et Ath en particulier. "Dans ces périodes de déprime, de désenchantement dans lesquelles nous nous trouvons par rapport à la politique, les institutions, c’est bien que l’on ait des projets gagnants comme celui-ci, surtout dans cette province où on dit toujours qu’il y a plein de problèmes", poursuit le député provincial . "Avec cette mise sur pied d’un centre belgo-chinois de la pomme de terre, nous montrons que nous sommes capables d’aller en Chine et surtout d’être reconnus là-bas en participant à un projet financé par les Chinois justement, qui veulent mettre notre expertise en avant."

Quatre formations

Quatre formations sont organisées chaque année à Wuxi par le CARAH. Là-bas, différents essais sont mis en place suivant les prescriptions du CARAH sur la qualité de la pomme de terre.

Des groupes d’agronomes de Chine viennent quant à eux une fois par an en formation à Ath au sein de la ferme pilote. Une délégation de sept agronomes est d’ailleurs présente en ce moment pour parfaire une formation sur la pomme de terre. Les principaux objectifs sont le contrôle du mildiou, celui de la qualité des plants, la fertilisation et le contrôle du pH des sols.

Présent partout dans le monde, le mildiou est un champignon microscopique parasitant les feuilles de pomme de terre. Il est capable de détruire une parcelle totale. Suivant les conditions climatiques, il arrive que des champs soient totalement détruits en trois ou quatre semaines à cause des spores émises par le mildiou qui peut, avec le vent, contaminer tous les autres plants de pomme de terre d’un champ. La formation du CARAH envers les Chinois s’axe donc particulièrement sur la prévention contre ce phénomène. Grâce à une bonne connaissance scientifique de cette maladie, il est désormais plus simple de prévoir précisément la période d’éclosion de chaque génération de spores. Cela fait trente ans que le CARAH a mis sur pied un dispositif d’avertissement pour tous les agriculteurs du Hainaut, étendu ensuite pour toute la Région wallonne.