Tournai-Ath-Mouscron

Le député bourgmestre d'Estaimpuis Daniel Senesael (PS) a annoncé lundi une action en justice pour calomnie et outrage à l'encontre de Bernard Wattez (cdH), conseiller communal de l'oppostion. 

Lors du dernier conseil communal vendredi, il avait accusé l'échevin des Travaux Christian Leclercq (PS) d'être "un magouilleur". Selon Bernard Wattez, la législation sur l'attribution des marchés publics a été bafouée. Lundi matin, Daniel Senesael a réuni le collège pour faire la lumière sur ces accusations et convoqué la presse pour démonter les accusations. "Je réfute allègrement ces accusations fallacieuses, gratuites et basées sur des incompréhensions de prétendues magouilles à Estaimpuis. Il s'agit d'une tempête dans un verre d'eau initiée par une personne qui, au lieu de creuser les dossiers et réaliser un travail d'opposition constructive en connaissance de cause, s'évertue à s'épancher dans la presse avec pour ambition de ternir l'image de notre entité."

Vendredi dernier, Bernard Wattez avait expliqué en séance publique du conseil communal qu'il avait été étonné d'apprendre, lors de la commission des travaux qui s'était réunie le 28 octobre dernier, que des entreprises "avaient remis un prix juste en deçà du budget fixé" dans le cadre de trois projets communaux et que la procédure des marchés publics avait été bafouée.

"Cela ne prouve pas qu'il y ait eu quelconque délit d'initié, mais que nous disposons d'un service travaux compétent qui parvient à réaliser la juste estimation des coûts", a rrépondu le bourgmestre, qui précise que les marchés ont été attribués à trois entreprises différentes.