Tournai-Ath-Mouscron

Rudy Demotte (PS), bourgmestre empêché de Tournai, a estimé vendredi lors d'un débat télévisé sur la RTBF qu'une dernière attaque de la première échevine empêchée Marie Christine Marghem (MR) à son encontre scellait "une impossibilité d'alliance avec le MR" après le scrutin de ce dimanche. PS et MR forment la majorité sortante à Tournai, mais leur alliance a tourné au vinaigre, comme en témoignent le transfert vers le PS du chef de groupe MR Jean-Louis Claux et la volonté affirmée par Mme Marghem de prendre le mayorat, elle qui avait battu M. Demotte en 2012 au nombre de voix de préférence.

Sur le plateau de "Moi, bourgmestre" (RTBF), la ministre fédérale de l'Énergie a reproché (voir à partir de 29'25'' dans la vidéo ci-dessus) au ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles un tract du PS tournaisien invitant les citoyens à formuler leurs avis sur le site internet de la ville, comme si le socialiste cherchait "à faire comprendre aux gens que l'hôtel de ville (lui) appartient".

M. Demotte a reconnu "une erreur" et dénoncé un "procès d'intention". "Les propos de Marie Christine Marghem viennent de sceller une impossibilité d'alliance avec le MR", a tranché celui qui avait déjà fait part de sa préférence pour Ecolo pour l'après-14 octobre.

Pour la liste Ensemble, Benjamin Brotcorne a jugé cette rupture "cousue de fil blanc" et affirmé qu'il préférerait s'allier avec le parti préféré de l'électeur. Pour Ecolo, Coralie Ladavid a rappelé 2012, "quand PS et MR ont passé la campagne à se chamailler pour, au total, se mettre ensemble". Elle a aussi dit ses faveurs pour s'allier au parti qui sera plébiscité par l'électeur.