Tournai-Ath-Mouscron Le Logis tournaisien étudie de nouvelles possibilités de se loger

Malgré les changements de ministre de tutelle et de majorité à la Région wallonne, avec son lot d’incertitude quant aux projets déjà déposés, la présidente du Logis tournaisien, Sylvie Liétar (PS), veut aller de l’avant. "Nous devons poursuivre une politique volontariste en matière de constructions et de rénovations, notamment par le biais de projets spécifiques et moins coûteux."

Pour Sylvie Liétar, il n’y a pas de doute, "une partie de solution sera de sortir du cadre conventionnel du logement traditionnel".

Et d’ajouter : "Je suis convaincue qu’il est temps de développer des modes d’habitats différents, alternatifs, pensés pour répondre aux nouveaux besoins plus complexes de la population. Nous devons non seulement nous adapter à la nouvelle manière d’habiter aujourd’hui, mais surtout anticiper ce que sera le logement de demain, lié aux défis environnementaux et aux coûts de construction, et nous devons sans doute envisager un changement radical de la vision du bâtiment en général."

Et le Logis tournaisien va bientôt passer à l’acte. "J’espère que des projets en gestation verront le jour dans les prochaines années. Des projets très diversifiés, en phase avec la réalité sociale et les difficultés économiques auxquelles nous sommes confrontés."

Le Logis tournaisien prévoit ainsi, pêle-mêle, du logement intergénérationnel avec l’implantation de containers sur le site de la ferme de Willemeau, du logement social adapté et adaptable pour personnes à mobilité réduite ou encore, à Templeuve, du logement social construit conjointement à un commissariat de police.

De belles économies

Le Logis tournaisien veut mettre l’accent sur la rénovation de son parc locatif

Devrim Gumus est directeur-gérant du Logis tournaisien depuis septembre dernier. Il veut avant tout miser sur la qualité de l’habitat, et cela passe par de meilleures performances énergétiques.

"Nous avons établi deux priorités : améliorer la performance énergétique moyenne et la qualité globale du parc de logements existants et favoriser la rénovation de logements anciens pour atteindre le standard minimum" , explique Devrim Gumus.

Améliorer l’efficience énergétique des logements, avec l’aide des partenaires comme la Ville, le CPAS, et la Société wallonne de logement, permet par ailleurs de réduire la facture énergétique pour les locataires. "Cela fait plaisir d’entendre une locataire nous dire qu’elle peut partir en vacances quelques jours à la mer parce que sa facture énergétique a diminué", glisse le directeur-gérant du Logis tournaisien.

La société de logements sociaux de Tournai planche actuellement sur la mise en œuvre du plan d’investissement Pivert II, qui concerne deux dossiers pour un budget global de 5,3 millions d’euros. 232 logements seront ainsi rénovés en 2018 : 202 logements à la résidence Carbonelle à Tournai (3,9 millions d’euros) et 30 logements à l’avenue du Beau Séjour à Tournai (1,4 million d’euros).

Le Logis tournaisien veut en outre réaliser un catalogue informatisé du logement. "Cela doit permettre d’établir une feuille de route et d’améliorer le cadre de vie de nos locataires."

La société de logements sociaux de Tournai compte tout de même construire quinze nouveaux logements cette année, à l’Enclos du Béguinage et à la rue Sainte-Catherine à Tournai, à la conciergerie du cimetière de Gaurain-Ramecroix, et à la chaussée de Roubaix à Templeuve.

En 2017, le Logis tournaisien avait construit 56 logements, à la rue du Troisième âge à Kain, à la rue Jules Schelstraete à Templeuve et à la rue Jean Vlaeminck à Tournai. Il a également terminé la rénovation de 272 logements, dans six quartiers différents de Tournai.