Deux chevaux victimes d’un divorce

C. K. Publié le - Mis à jour le

Tournai-Ath-Mouscron

En plein divorce tumultueux, le couple ne s’est plus occupé des deux chevaux abandonnés dans une prairie

MOUSCRON Un homme et son ex-femme sont poursuivis devant le tribunal correctionnel de Tournai pour ne pas avoir nourri deux chevaux, abandonnés dans une prairie, et ne pas avoir apporté des soins à ces deux pauvres bêtes qui s’amaigrissaient au fil des jours. La dame est venue s’expliquer à la barre du tribunal correctionnel. Elle ignorait qu’elle devait prendre soin des animaux achetés par son mari.

En plein divorce, l’homme aurait prétendu qu’il avait légué les bêtes à son épouse. Ce qu’elle ignorait. “En pleine séparation, elle avait autre chose à penser qu’à soigner les animaux achetés par son mari”, raconte l’avocate de la défense. “Encore aujourd’hui, elle assume seule des problèmes financiers engendrés par des contrats passés par son ex-époux. Et pendant ce temps-là, il est parti en France. Il n’est même pas venu se défendre aujourd’hui.”

Le ministère public semble avoir compris la situation et a sollicité l’acquittement de la jeune mère de famille. Par contre, une amende a été requise pour le fuyard. En août 2010, les animaux ont été saisis à la demande du Service public fédéral. Ils étaient cadavériques.

Cette histoire nous rappelle le procès du tortionnaire d’Ogy, comme l’ont baptisé les militants de l’ASBL Animaux en péril.

Le tribunal correctionnel de Tournai n’avait pas interdit à Pascal Delcourt d’exercer son activité de marchand de bêtes. Celui-ci a été condamné à 16 mois de prison et à une amende de 1.375 €, avec sursis pour les deux peines.

Le parquet de Tournai a décidé de faire appel de cette décision, suivi par l’ASBL Animaux en péril, fâché que le tribunal n’ait pas interdit à Pascal Delcourt d’exercer son métier.



© La Dernière Heure 2012
Publicité clickBoxBanner