Tournai-Ath-Mouscron

La zone de police de Mouscron et celle du Val de l'Escaut ont mené ce vendredi matin un exercice catastrophe. Il s'agissait d'une fausse fuite de gaz suite au percement d'une canalisation sur un chantier, rue de Rollegem à Mouscron, en face d'une école. 

Il s'agissait d'un exercice dit de table. Pas de terrain donc. 

Le scénario a été imaginé par le commissaire divisionnaire Dominique Debrauwere. "Alors qu'il chapeautait encore la direction des opérations de la police de Mouscron il y a quelques semaines, l'actuel chef de corps de la zone de police voisine du Val de l'Escaut préparait cet exercice de table dans le cadre de la gestion de la planification d'urgence au sein de la zone de police", explique-t-on du côté de la zone de police du Val de l'Escaut. "Au total, 18 policiers locaux des zones de police de Mouscron et du Val de l'Escaut se sont retrouvés au centre de crise communal de la rue de la Liesse, à Luingne, et ont participé à cet exercice théorique au cours duquel des maquettes et figurines ont été utilisées pour matérialiser le rôle de chacun."

Étaient également impliqués dans l'exercice : le fonctionnaire du plan d'urgence communal et des membres de la zone de secours de Wallonie picarde. "Cet exercice de table se voulait avant tout didactique et permettait d'analyser les réactions de chacun des intervenants policiers. De l'arrivée sur place des premiers intervenants aux moyens radio à déployer, les observateurs ont également analysé la prise de contact avec les riverains, la manière dont le périmètre a été sécurisé sans oublier la gestion de la communication externe, de la presse donc."

L'exercice s'est bien déroulé. Les policiers ont eu les bons réflexes. 

"Je souhaite développer des synergies avec des zones voisines et nous allons refaire cet exercice avec les membres du personnel qui n'ont pas pu encore le faire", glisse le chef de corps de la zone de police du Val de l'Escaut Dominique Debrauwere.