Tournai-Ath-Mouscron

Bien que l’offre en matières d’infrastructures sportives soit déjà conséquente pour une ville comme Enghien d’à peine 14.000 habitants, celle-ci va encore s’accroître dans un proche avenir. En effet, Valérie De Bue, ministre wallonne des Pouvoirs locaux, vient d’officialiser l’octroi à Nautisport d’une enveloppe budgétaire de plus d’un million d’euros.

De quoi ravir les responsables du complexe enghiennois dont la piscine récréative draine, à elle seule, plus de 200.000 nageurs par an, mais également tous les autres particuliers, clubs et établissements scolaires qui le fréquentent pour pratiquer toute une palette d’autres disciplines tels que le spinning, le judo, le fitness, le handball, le basket, l’haltérophilie, sans oublier le tennis auquel s’adonnent quelque 300 joueurs. Depuis peu, ces derniers évoluent d’ailleurs dans de nouvelles installations couvertes qui ont nécessité un investissement de 750.000 €.

Et ce n’est pas fini puisque Nautisport va désormais poursuivre son développement en faveur des footballeurs et des hockeyeurs avec l’aide de la Région wallonne.

Celle-ci va débloquer 1.113.820 € pour permettre au complexe sportif enghiennois de finaliser l’aménagement de deux nouveaux terrains synthétiques. Le premier servira au Chessy hockey club qui, après un an d’existence, compte déjà 170 membres tandis que le second sera utilisé par les clubs de foot de l’entité.

"Nous espérons pouvoir démarrer les travaux au printemps prochain pour que ces terrains soient opérationnels durant les vacances d’été. Par principe de précaution, le lestage de la pelouse artificielle s’effectuera avec des billes de liège et non de caoutchouc", indique Philippe Streydio, président de Nautisport.

Et ce dernier d’ajouter que la concrétisation de cet ambitieux chantier de 1.400.000 €, financé à 75 % par des subsides, permettra à 400 jeunes de pratiquer leurs sports respectifs dans des conditions plus confortables et mieux adaptées tout en générant d’indéniables retombées économiques pour la cité d’Arenberg.Bruno Deheneffe