Tournai-Ath-Mouscron

Les travailleurs de l'entreprise Remi Tack à Estaimpuis ont repris le travail à 13h30 après qu'un accord a été trouvé entre syndicats et direction.

Les travailleurs de l'entreprise Remi Tack à Estaimpuis ont mis fin à la grève ce mardi en début d'après-midi. Spécialisée dans la vente, le reconditionnement et le recyclage de fûts et autres récipients ayant contenu des produits chimiques, l’entreprise Rémi Tack, qui compte 45 travailleurs, était à l’arrêt depuis ce lundi matin.

"Un protocole d'accord vient d'être signé entre les syndicats et la direction", explique Bernadette Deroubaix, permanente Centrale générale FGTB Wapi, en front commun avec la CSC. "La prime de masque sera appliquée immédiatement et dans le mois, la direction s'engage à faire appel à la médecine du travail pour faire une analyse des risques par poste de travail, étant donné que les travailleurs sont confrontés à des produits dangereux. Nous avons également obtenu une prime dont le montant varie en fonction des bénéfices engrangés par l'entreprise et une prime liée à la diminution du nombre d'accidents de travail."

Les travailleurs réclamaient le versement obligatoire de la prime du port du masque, qui n'avait jamais été versée par l'employeur. La question de la rétroactivité de cette prime pour le port du masque a également été évoquée durant les discussions avec la direction, ainsi qu'une hausse du montant des chèques-repas. Les travailleurs n'ont pas obtenu gain de cause sur ces deux derniers points, mais la direction a proposé deux autres primes en compensation.

Pour Bernadette Deroubaix, "c'est une belle avancée dans cette entreprise pour les travailleurs, notamment en termes de sécurité".