Tournai-Ath-Mouscron

Les défenseurs de la cause paysanne ont investi ce matin le zoning industriel pour y planter des patates et du quinoa.

A l’occasion de la 5ème édition des journées internationales des luttes paysannes, une action de sensibilisation a été menée, ce dimanche, sur d’anciennes terres agricoles ayant été expropriées dans le cadre de l’extension du zoning industriel de Ghislenghien (Ath) dont la gestion est du ressort de l’intercommunale Ideta. Au total, une trentaine d’organisations agricoles, environnementalistes ou encore citoyennes ont investi cette parcelle située en bordure de la N7 Ath-Bruxelles - où aucune activité économique ne s’est développée à ce jour - afin de lui rendre sa vocation initiale. Symboliquement, les activistes ont planté des pommes de terre issues de l’agriculture biologique ainsi que du quinoa afin de dénoncer les politiques d’aménagement du territoire nuisant à la sauvegarde des surfaces agricoles.

“La situation des terres agricoles en Wallonie (Picarde) est critique. Celles-ci sont de plus en plus menacées par des projets d’artificialisation du sol qui débouchent sur la construction de lotissements, d'infrastructures de transport ou encore de zones d’activités économiques. Or, ces terres sont essentielles au maintien et à l’essor d’une agriculture locale durable au service d’une alimentation de qualité”, ont rappelé les organisateurs du réseau de soutien à l'agriculture paysanne (ReSap) et du mouvement Pays Vert et Collines.

Cette journée de mobilisation s’est poursuivie à quelques kilomètres de là sur le site d’un manège équestre de Mévergnies (Brugelette) susceptible d’être impacté par la future route d’accès au parc Pairi Daiza.