Tournai-Ath-Mouscron

La cour d'appel du Hainaut a prononcé, mercredi, une peine de 30 ans de prison à l'encontre de Gianni Canaris, auteur d'un vol avec violence avec circonstance aggravante de meurtre commis à Tournai le 5 janvier 2015. La cour réforme le jugement du tribunal correctionnel de Tournai, qui avait prononcé une peine de 20 ans de prison. La mise à disposition du tribunal d'application des peines pour une durée de dix ans est supprimée. Comme elle l'avait prononcé dans un autre crime correctionnalisé par la loi Pot Pourri II (arrêt Cakmak), la cour d'appel du Hainaut a estimé que les magistrats formant la chambre criminelle en première instance avaient eu un raisonnement juridique erroné.

Celle-ci avait estimé qu'une peine maximale de 20 ans de prison ne pouvait être prononcée en raison de la correctionnalisation de cette affaire qui aurait dû être jugée devant la cour d'assises puisqu'elle avait eu lieu avant la promulgation de la loi Pot Pourri II, cassée depuis peu par la cour constitutionnelle.

La cour d'appel estime que la fourchette de peine était, dès lors, comprise entre trois ans et trente ans, soit une peine qui aurait pu être prononcée aux assises en tenant compte des circonstances atténuantes qui ont permis de renvoyer le dossier en correctionnelle. Elle a, dès lors, prononcé la peine maximale en tenant compte de la personnalité du prévenu et de la gravité des faits. Par contre, elle a supprimé la mise à disposition du TAP prononcée par le tribunal, estimant que Gianni Canaris ne souffrait d'aucun trouble mental.

Le 5 janvier 2015, Daniel Thiébaut (67 ans) était venu chercher les loyers dans un immeuble qu'il louait près de Tournai. Gianni Canaris, qui avait perdu son argent dans des parties de poker en ligne, ne pouvait cependant s'en acquitter. Il a dès lors proposé à son propriétaire de le conduire chez son oncle afin de recevoir de l'argent. Daniel l'a embarqué dans sa voiture mais Gianni lui a tendu un piège. Il l'a emmené dans une impasse où il l'a massacré à coups de crosse de pistolet d'alarme. Le médecin légiste a relevé plus de quarante traces de coups à la tête.

Alors qu'une dame passait par là, vers 19h00, Gianni Canaris a forcé Daniel Thiébaut à entrer dans le coffre de sa voiture. Il a ensuite pris le contrôle de l'auto et s'est rendu chez ses parents à Bernissart, à qui il a déclaré avoir fait une grosse bêtise. Il est ensuite reparti vers Tournai, en s'arrêtant dans des magasins pour acheter des boissons alcoolisées.

À Tournai, il a forcé un barrage de police sur le pont Morel. Les policiers ont fait usage de leurs armes et la voiture s'est immobilisée dans la rue Sainte-Catherine. Le corps sans vie de Daniel Thiébaut a été retrouvé dans le coffre.

Gianni Cannaris a alors déclaré qu'il transportait ce corps à la demande de la mafia, avant de passer aux aveux.