Tournai-Ath-Mouscron

Jacques Trifin gère également un site Internet qui est devenu une référence

VAUDIGNIES Jacques Trifin n’a pas toujours collectionné les étiquettes de bouteille de bière. “J’ai commencé d’abord par récolter les verres de bières , explique ce citoyen de Vaudignies. Mais après deux ans, j’en avais déjà pas moins de 2.000. Cela commençait à fameusement s’accumuler à la maison. J’ai alors commencé à collectionner les étiquettes de bouteilles de bière sans vraiment savoir qu’il existait des clubs de collectionneurs.”

L’envie de passer des verres aux étiquettes est venue lors d’une visite chez un autre collectionneur. “Je devais aller chez cet homme pour aller chercher des verres. Il me les a donnés ainsi que des étiquettes. Je me suis rendu compte que les étiquettes prenaient évidemment moins de place et surtout qu’elles étaient plus attrayantes. Ce que j’aime, c’est qu’il y a des étiquettes pour toutes les occasions et que donc il y a vraiment de nombreuses pièces.”

Tellement nombreuses qu’actuellement Jacques en a près de 28.000 répertoriées par brasserie dans pas moins de 120 classeurs. “Et je suis encore loin du compte ! Un ami a estimé qu’il existait près de 50.000 étiquettes actuellement en Belgique. Car je ne collectionne que les étiquettes des brasseries de notre pays. J’estime qu’en étiquette actuelle, j’ai une collection assez bien fournie. Mais comme je n’ai débuté qu’en 1998, il me manque pas mal d’anciennes étiquettes.”

Sa collection, Jacques ne la garde pas jalousement pour lui. Que du contraire ! Il a décidé d’en faire profiter les autres via un site internet.

“C’est un outil exceptionnel. Grâce à ce site, je peux demander aux autres collectionneurs des informations sur une étiquette que j’ai reçue. Cela me prend du temps à le mettre à jour mais je suis un des seuls à en posséder un. C’est aussi un plaisir pour moi de pouvoir aider les autres.”

Jacques reçoit ainsi des demandes d’authentification et d’autres beaucoup plus surprenantes. “J’ai reçu un mail d’Argentine une fois. Leurs parents possédaient auparavant une brasserie en Flandre et ils voulaient recevoir des informations sur cette brasserie.”

EN SAVOIR PLUS

Consultez le site de Jacques Trifin, www.jacquestrifin.be.



© La Dernière Heure 2012