Tournai-Ath-Mouscron Un homme achetait des pilules de speed et d’ecstasy en gros pour ses amis

Condamné par défaut en mars 2017 à une peine d’emprisonnement de deux ans suite à un trafic de speed et d’ecstasy, Djamel, originaire de Wasquehal, était récemment repassé devant le tribunal correctionnel de Tournai afin de faire opposition à ce jugement. La justice belge lui reprochait ainsi d’avoir notamment participé à une association de malfaiteurs.

"J’achetais bien diverses pilules à un individu mais pas dans les quantités que l’on me reproche", assurait-il. Pourtant, des écoutes téléphoniques ont pu prouver qu’il se faisait livrer jusqu’à 200 à 300 pilules de speed et d’ecstasy par mois !

L’individu niait également avoir participé à une association alors que des personnes ont avoué à la justice avoir vendu pour lui durant plusieurs mois. "Ce n’était pas pour en tirer des bénéfices. Des personnes me demandaient où elles pouvaient avoir certains produits et je me contentais de les diriger vers les fournisseurs."

Après avoir acheté en grosses quantités, Djamel passait à la distribution sur le parking de la discothèque Cap’tain. "On réunissait l’argent avec cinq autres personnes pour ne pas aller voir le dealer en groupe. On faisait des achats groupés en quelque sorte." Il assurait enfin avoir arrêté de consommer volontairement lorsqu’il a stoppé ses sorties.

Son conseil, Me Cardon du barreau de Lille, avait alors sollicité un sursis pour son client. En prononçant son jugement, c’est en ce sens que le tribunal correctionnel s’est dirigé. En effet, Djamel voit finalement sa peine d’emprisonnement passer de 2 ans à 15 mois mais surtout assortie d’un sursis simple de trois ans.