Tournai-Ath-Mouscron Le CDH s’inquiète des perspectives financières prévues jusqu’en 2022

Comme souvent, la situation financière du CPAS est perçue différemment selon que l’on se trouve dans la majorité ou dans l’opposition. Et lundi soir, à Ath, elle a surtout inquiété le CDH au moment de la modification budgétaire présentée par le président, Christophe Degand (MR).

Ce dernier a fait état d’une amélioration de la situation globale à hauteur de 19.000 €. "Et la dotation communale baisse de 200.000 €. Du côté des revenus d’intégration sociale, nous pouvons parler de stabilité avec 420 personnes bénéficiaires. Nous avons globalement opéré des efforts en termes de gestion depuis un moment déjà."

Au rayon investissements, l’excédent dépasse le million d’euros grâce notamment à des transferts au fonds de réserve extraordinaire.

Laurent Postiau (CDH) souligne que le boni de 19.000 € doit être tempéré, car il tient compte de l’excédent aux exercices antérieurs. "Le mali à l’exercice propre est de 418.788 €, ne l’oublions pas. Et quand vous dites que la dotation baisse de 200.000 €, il faut préciser que ce montant est prélevé sur le fonds de réserve."

Le conseiller CDH relève aussi le mali au niveau des crèches et fait référence aux remarques du Crac, le Centre régional d’aide aux communes, quant à la situation financière à l’horizon 2022. Laurent Postiau en appelle à un véritable plan de gestion des finances communales. Un plan qui pourrait arriver en juillet.

Marc Duvivier (PS), le bourgmestre, estime que la conjoncture n’est pas évidente. "Mais depuis trente-cinq ans, la commune fait des efforts pour remplir toutes les obligations au niveau du CPAS. Le personnel du centre, tant administratif que soignant, fait son maximum. Le Crac joue son rôle en émettant des remarques, mais ça ne veut pas dire que les agents du CPAS ne font pas tout ce qu’il faut."

Ecolo, via Ronny Balcaen, se demande si le CPAS est armé pour faire face aux problématiques de la pauvreté et de la précarité, mais a voté cette modification. Le CDH s’est abstenu. "Notre vote ne vise pas le personnel du CPAS, mais bien la situation financière", a assuré Cécile Dascotte.