Tournai-Ath-Mouscron

Le bourgmestre de Mont-de-l’Enclus, Jean-Pierre Bourdeaud’huy (MR), et le collège communal ont tiré le bilan de ce qui a été la crise de l’eau. Pendant trois jours, de vendredi à dimanche, la SWDE et la commune ont invité la population des villages d’Amougies, d’Orroir et de Russeignies à ne pas consommer l’eau de distribution. Le village d’Anseroeul était épargné.

"La cause n’a pas encore été clairement définie mais je peux vous dire qu’il ne s’agit en aucun cas d’un sabotage sur le réseau à Renaix, comme cela a été suggéré dans la presse flamande, mais d’un accident exceptionnel, dû à la présence d’un petit animal comme une souris ou un rat qui se serait faufilé lors de l’une ou l’autre opération sur le réseau", indique le maïeur. "Des tests avaient été réalisés jeudi à Renaix et l’on y avait décelé 550 coliformes dans l’échantillon. À Mont-de-l’Enclus, nous étions à 16 coliformes alors que le seuil de tolérance se situe à 20 coliformes. Et dans l’échantillon du lendemain, nous en étions à 4. Et zéro dans l’échantillon de samedi."

En somme, l’eau a donc toujours été potable sur l’entité. "La crise de l’eau n’en était donc pas une. Nous avons agi par précaution. Sur base des recommandations de la SWDE, nous avons décidé de déclarer l’eau impropre à la consommation. Et puis, il s’agissait de préserver la santé des habitants du Mont-de-l’Enclus." Le maïeur ajoute que la bactérie coliforme n’est pas dangereuse pour la santé. "Au pire, elle cause des vomissements et des diarrhées aiguës."

La TMVW, la SWDE flamande, a nettoyé le réservoir incriminé à Renaix mais aucune souris n’y a été retrouvée. Le collège communal de Mont-de-l’Enclus remercie au passage la police locale qui a alerté les citoyens, le personnel communal pour la distribution d’eau aux citoyens, aux agriculteurs et aux restaurateurs, et la Protection civile pour le travail réalisé.

En tout, 3.500 berlingots d’eau d’un litre ont été distribués, ainsi que 15.000 litres d’eau, récoltés depuis le village d’Anseroeul.