Tournai-Ath-Mouscron

Les candidats-réfugiés du centre Croix-Rouge de Tournai vont devoir quitter les lieux avant le 31 octobre. Le centre installé dans des locaux de la caserne Saint-Jean à Tournai va fermer ses portes sur ordre du gouvernement fédéral.

"Concrètement, les 240 personnes restant au centre de Tournai devront être transférées et le bâtiment devra être remis en état en un mois" , explique le député fédéral Paul-Olivier Delannois (PS). "Il convient de rappeler que c’est le partenaire de Fedasil, la Croix-Rouge dans le cas de Tournai, qui a la charge de cette mission." Paul-Olivier Delannois se demande également combien coûteront les travaux de remise en état et de quels travaux il s’agira.

"La Défense utilise actuellement une partie de la caserne Saint-Jean comme logement pour les militaires. La partie actuellement occupée par la Croix-Rouge sera de nouveau utilisée par la Défense après sa remise en état" , répond le ministre de la Défense Steven Vandeput (N-VA). "La Croix-Rouge a déjà pris contact avec la Défense pour préparer la remise des bâtiments en conformité avec l’état des lieux initial. Les travaux nécessaires seront effectués par la Croix-Rouge. L’étendue et le coût des travaux ne pourront être déterminés qu’en fonction de l’état des lieux final."

D’après Paul-Olivier Delannois, le montant des travaux de remise en état avoisine les 3,8 millions d’euros. Cela fait quand même énormément d’argent, sans compter le coût des aménagements d’une partie de la caserne Saint-Jean pour accueillir les candidats-réfugiés.

Il aurait été peut-être plus judicieux que le gouvernement fédéral songe à une autre option que la fermeture pure et simple du centre pour candidats-réfugiés de Tournai.

Rappelons au passage que 44 personnes vont perdre leur emploi. Le leitmotiv du Premier ministre Charles Michel (MR) n’est-il pas "jobs, jobs, jobs" ?