Tournai-Ath-Mouscron Les élèves du collège Saint-Augustin pourront suivre les cours en bermuda

Le collège Saint-Augustin vient de vivre une semaine pour le moins agitée qui lui a valu une publicité dont ses responsables se seraient sans doute bien passés ! En cause, un différend d’ordre vestimentaire ayant opposé la direction et des étudiants de rhéto qui se plaignaient de ne pas pouvoir venir aux cours en short lorsque les fortes chaleurs sont de retour. Les adolescents comprenaient d’autant plus mal cette interdiction que les filles, elles, sont autorisées à porter une jupe ou une robe !

Jugeant cette situation discriminatoire, environ 200 garçons l’ont d’abord fait savoir haut et fort sur les réseaux sociaux, avant d’exprimer leur mécontentent sur le parking d’une grande surface située à proximité de leur établissement scolaire. Pour l’occasion, les manifestants arboraient tous un pantalon court leur arrivant aux genoux, symbole de leur combat. "Dans le règlement d’ordre intérieur, il n’est mentionné nulle part que le port du bermuda est proscrit. Il n’est dès lors pas acceptable que l’école nous dicte la manière dont nous devons nous habiller. C’est une question de liberté individuelle. En cas de canicule, il est quand même beaucoup plus supportable et confortable de mettre un short plutôt qu’un pantalon", considèrent les protestataires.

Alors que la direction était sur le point de les sanctionner, celle-ci a fini par céder à leurs revendications qui, il est vrai, se sont largement propagées au-delà des murs de leur classe ! De quoi réjouir les étudiants contestataires qui pourront désormais porter un bermuda, pour autant que leur tenue reste décente. "Cela fait déjà quelques années que le port du bermuda faisait débat au sein du collège sans qu’une réponse claire ne soit apportée dans nos règles de vie commune", admet Benoît Pletinckx. Et le directeur du collège d’espérer que la résolution de ce problème vestimentaire influera positivement sur les résultats scolaires des jeunes ayant obtenu gain de cause. À présent que la polémique n’est plus d’actualité, il est désormais temps pour eux de se concentrer sur les examens !