Tournai-Ath-Mouscron Après un an de travaux, celle-ci vient d’être inaugurée dans la partie désaffectée de la gare

En avril 2017, la gare de Lessines située sur la place Émile Vandervelde rouvrait ses portes aux navetteurs après plusieurs années de travaux. À la demande des autorités communales, la SNCB a accepté de ne rénover que la salle des guichets et des pas perdus, soit un tiers de la station ferroviaire, en cédant à la Ville la plus grande partie du bâtiment au profit du secteur associatif lessinois.

"Au départ, la SNCB envisageait de démolir complètement la gare pour en rebâtir une nouvelle à la fois plus petite et fonctionnelle", rappelle le bourgmestre Pascal De Handschutter (PS). Cette option a finalement été abandonnée pour permettre aux nombreuses associations basées sur le territoire de l’entité de bénéficier d’infrastructures dignes de ce nom. On pense notamment au collectif Less’Art ainsi qu’au Roc Lessines Photo Club.

Les différents espaces disponibles sur trois niveaux dans la partie de la gare désaffectée viennent d’être officiellement inaugurés. Ces travaux de rénovation qui se sont étalés sur une douzaine de mois ont nécessité un investissement de 1.200.000 €, dont 850.000 € pour le bail emphytéotique de 50 ans passé entre la SNCB et la Ville.

Depuis peu sur les rails, cette nouvelle maison des associations locales se compose au rez-de-chaussée d’une grande salle, l’ancienne salle des pas perdus de la gare, qui pourra accueillir des conférences ou des expositions comme celle du cercle de généalogie à qui a été confié le privilège d’en organiser une première en présentant des photos sur le thème de la gare.

Le site offre encore aux étages de plus petits locaux où il sera possible d’organiser des réunions et beaucoup d’autres activités. Les scouts ont d’ores et déjà manifesté leur souhait d’y tenir leur fête d’unité ainsi que des soupers. Si la gestion et l’occupation du bâtiment restent à définir, l’idée d’un espace partagé semble faire l’unanimité.

Le site offre encore aux étages de plus petits locaux où il sera possible d’organiser des réunions et beaucoup d’autres activités. Les scouts ont d’ores et déjà manifesté leur souhait d’y tenir leur fête d’unité ainsi que des soupers. Si la gestion et l’occupation du bâtiment restent à définir, l’idée d’un espace partagé semble faire l’unanimité.