Tournai-Ath-Mouscron

La liste PS-LB, menée par Daniel Senesael, a dévoilé son programme électoral

ESTAIMPUIS Le maïeur d’Estaimpuis, Daniel Senesael (PS), a présenté le programme de la liste PS-LB qu’il mènera lors du prochain scrutin. Ce programme s’est fondé à la suite de réunions, citoyennes et internes, et d’une enquête auprès des Estaimpuisiens. Résultat : un programme comptant “dix axes pour donner un peu plus de bien-vivre, plus un axe transversal, une constante à travers notre programme : la ruralité” .

La liste PS-LB veut ainsi maintenir la bonne gestion de la commune et offrir plus de sécurité publique, en renforçant la police de proximité et en plaçant des caméras de sécurité aux passages de la frontière franco-belge. Elle songe aussi à une prime pour l’installation de systèmes d’alarme.

En matière de logement, Daniel Senesael et son équipe veulent, entre autres, accroître l’offre via divers projets, en cours et dans les cartons, et favoriser l’établissement de jeunes dans les villages.

Axe suivant : enseignement et petite enfance. La liste PS-LB veut augmenter la capacité d’accueil de la crèche Le Petit Poucet, créer une école d’immersion linguistique et une école des devoirs, et miser sur les nouvelles technologies.

La liste menée par Daniel Senesael songe aussi à développer et embellir l’en- tité, et notamment les places des villages, ce qui permet de leur redonner vie. En témoigne la place d’Estaimbourg.

En matière de cohésion sociale, la liste PS-LB veut poursuivre la création d’espaces de convivialité, et lancer une radio estaimpuisienne.

Autre thème majeur : l’emploi et l’économie. Pour les candidats de la liste PS-LB, il faut poursuivre l’occupation des zones d’activité économique avec les divers projets en cours (Abli, Floramarket…), mais également, dans un autre registre, favoriser la création de gîtes et de tables d’hôtes et l’offre touristique locale, car la demande existe.

Derniers axes : soutenir la culture, le sport et les loisirs via divers projets, avoir une attention particulière pour les jeunes et les aînés, et miser sur la mobilité douce.

Daniel Senesael conclura avec ses mots : “Nous pensons que nous avons fait beaucoup, c’est vrai, mais il reste encore beaucoup à faire. C’est pour cette raison que nous devons rester en place”.



© La Dernière Heure 2012