Tournai-Ath-Mouscron Isabelle Privé s’attendait à la mise sous tutelle de l’USC par l’exécutif PS de Wallonie picarde

Comme annoncé sur le site de La DH ce week-end, le comité fédéral du PS Wapi vient de décider et de justifier dans un communiqué signé par ses principaux responsables la mise sous tutelle de l’USC de Lessines avec laquelle le dialogue était totalement rompu.

"Notre président Eddy Lumen et moi-même avons connu quelques semaines de pression et cette mise sous tutelle ne nous étonne pas. Nous étions ouverts à la discussion mais pas à n’importe quel prix et dans n’importe quelles conditions. Je crois pouvoir dire que nous sommes restés légalistes et respectueux des structures du Parti socialiste à tous les niveaux mais nous refusons ce mariage forcé et prématuré avec des exclus du PS ayant le soutien fédéral mais qui, à ce stade, ne sont pas réhabilités", commente Isabelle Privé en tant qu’élue et citoyenne lessinoise.

Cette dernière rappelle avoir défendu la position de l’USC auprès de la Commission de vigilance nationale quant à la demande de réintégration du bourgmestre Pascal De Handschutter et de ses colistiers, évincés du PS à l’époque où leur sort dépendait encore de la fédération de Soignies.

"Nous sommes des pourvoyeurs de voix mais nous ne sommes pas à vendre. Les autres socialistes non plus. Nous imposer de figurer sur une liste conduite par CDH et ses amis sous prétexte de barrer la route à la droite est surréaliste en raison de leurs agissements envers l’opposition socialiste depuis trois ans. Un hold-up financier et moral sur notre légitimité est inacceptable", poursuit Isabelle Privé.

Pour notre interlocutrice, la remise en question du vote démocratique pour la désignation de la tête de liste et la rencontre informelle du 6 mai organisée par le PS Wapi sont autant de méthodes qui foulent au pied les statuts du PS et l’autonomie des USC.

De son côté, la fédération estime n’avoir pas eu d’autre choix que de se substituer à l’USC devant l’obstination de ses représentants à refuser de prendre part - sous prétexte d’agenda et d’arguties diverses - à une solution négociée visant à réunifier les forces de gauche lessinoises.Bruno Deheneffe