Tournai-Ath-Mouscron Le groupe des cyclistes quotidiens veut faire de Leuze une ville très cyclable

Le Gracq (groupe de recherche et d’action des cyclistes quotidiens) de Leuze lance un appel aux candidats et partis politiques qui concourront lors des communales d’octobre. Le message : que chaque formation politique intègre dans son programme les propositions du Gracq pour favoriser l’usage du vélo et mieux protéger les cyclistes. À travers son mémorandum, le Gracq a mis en avant cinq thématiques.

"D’abord, réfléchir à aménager des itinéraires sécurisés permettant de rejoindre les villages entre eux et au centre-ville ainsi que des liaisons faciles pour les cyclistes allant de la gare à la prison, de la gare à la piscine ou à la bibliothèque. Quand on voit qu’à Thieulain, il existe une piste cyclable de… 20 mètres seulement, ça n’a pas de sens", confie Christine Delcroix, secrétaire et membre active du Gracq de Leuze.

Deuxième point important : l’entretien du réseau cyclable. "Les pistes ne sont pas assez entretenues, ce qui constitue un frein à l’utilisation du vélo. Les usagers doivent de ce fait rouler sur la route et c’est dangereux", poursuit-elle.

Troisième axe : la formation des jeunes. En la matière, ça bouge à Leuze. "À la rentrée scolaire, la conseillère en mobilité de la commune va mettre en place une formation au brevet cycliste pour les 5e et 6e primaires. C’est très bien. Ce que nous voulons, c’est que les écoles se montrent aussi proactives et que cette formation soit pérennisée et organisée tous les deux ans."

Autre point : l’encouragement à la pratique du vélo par une réelle campagne de communication. Là encore, la conseillère en mobilité avait organisé l’opération Au boulot autrement. Le Gracq voudrait l’étendre à toutes les entreprises de Leuze.

Enfin, le Gracq souhaite la mise en place d’une vraie politique cyclable. "Ce qui passe par un plan communal de mobilité qui soit ambitieux pour le vélo", conclut Christine Delcroix.