Tournai-Ath-Mouscron

La Ville de Mouscron se réveillait, mardi, choquée et abasourdie par le décès du bourgmestre, tué lundi soir dans le cimetière de Luingne.

"Horrible, dramatique, honteux", les Mouscronnois, qui pour beaucoup ont appris la nouvelle mardi matin, réagissaient avec consternation et tristesse à la perte du maïeur. Le village de Luingne où vivait le bourgmestre depuis toujours n'arrive toujours pas à comprendre pourquoi le bourgmestre a été tué de sang-froid dans le cimetière qu'il ouvrait et fermait chaque jour. "C'est vraiment triste, on l'appréciait beaucoup", disent des écoliers passant devant le portail principal du cimetière où des scellés ont été apposés.


L'ancienne maison communale du village, où se tiennent les permanences et où le bourgmestre passait beaucoup de temps, ferme ses portes pour la journée vu les circonstances dramatiques. "C'est un drame, trop triste. Il était encore venu hier", dit une employée de l'antenne communale, en pleurs.

Dans le centre-ville de Mouscron, les mines sont ternes et tristes au marché hebdomadaire d'ordinaire si joyeux. "Pourquoi ? Il était apprécié de tous. Il était si accessible, si sympathique", déplore un vieux Mouscronnois, les sanglots dans la voix.

Le plan PIPS est déclenché


En raison des circonstances dramatiques, le plan d’intervention psychosocial (PIPS) a été déclenché. Une cellule de soutien psychologique accueille les membres du personnel communal qui le souhaitent au Centre administratif, rue de Courtrai, 63.