Tournai-Ath-Mouscron

CHERCQ

Une ASBL développe des interventions de clowns auprès de personnes âgées dans des homes

SOCIAL Et pourquoi pas finalement ? Les clowns interviennent depuis longtemps dans les hôpitaux, pour faire rire et sourire les enfants malades notamment. Ils sont “bien plus rarement présents auprès des personnes âgées, fragilisées, dépendantes ou désorientées”, remarque Denis Bernard, qui a lancé l’ASBLl HardtMachin.

Cette association tournaisienne, qui s’est lancée en janvier, a décidé de développer “des interventions de clown en soins d’accompagnement auprès de personnes âgées dans la région de Tournai” , dit Denis Bernard, un clown qui effectue les interventions au sein de l’ASBL et qui travaille déjà auprès de personnes handicapées mentales adultes.

Cette démarche peut paraître surprenante. “Certains pourraient même croire que la présence de clowns dans ces milieux est infantilisante. Heureusement l’expérience montre que c’est le contraire, car les bienfaits de leurs interventions sont vite reconnus”, pour suit le responsable de l’ASBL HardtMachin, aidé par un psychologue, Sophie Renard qui assure évaluation et suivi psychologique.

“Les interventions en clown contribuent à diminuer l’isolement et à solliciter l’intérêt du bénéficiaire, deux éléments importants pour lutter contre la dépression si souvent présente chez les personnes fragilisées.”

Le clown parvient à ces résultats en se mettant en état de fragilité. “Il se ainsi de la vulnérabilité de l’autre et se rend disponible aux surprises de la rencontre. Il suscite la communication affective et sensorielle et rejoint la personne dans une relation individuelle.

Les interventions des hommes au nez rouge auprès des personnes âgées ne forment cependant pas l’unique solution pour aider les aînés. Mais ils apportent leur pierre à l’édifice. “Le clown n’est pas un thérapeute, mais les résultats de son travail sont considérés comme étant thérapeutiques.”



© La Dernière Heure 2010