Les grands sont contents, les petits bien moins

L. Dup. Publié le - Mis à jour le

Tournai-Ath-Mouscron

Les commerçants tournaisiens seraient les plus heureux de Belgique. Une étude signée Cosmeos à prendre avec des pincettes

TOURNAI Plus d’un commerçant de Tournai a probablement dû proférer quelques qualificatifs peu aimables à l’encontre de la fédération des commerces et des services Comeos, en entendant la nouvelle ce mercredi.

Selon Comeos donc, c’est à Tournai que les commerçants sont les plus satisfaits parmi les quinze plus grandes villes de Belgique, après une étude menée auprès de commerçants en matière de mobilité, de sécurité, de fiscalité, de dynamique commerciale et d’emploi.

Le score tournaisien : 55,5 %. Pas brillant, mais c’est le premier. En comparaison, en bas de l’échelle, on retrouve Courtrai avec 49,5 % et Mons avec 49 % !

Dans un premier temps, on se pince. Ils ont dû inverser le tableau. Le centre-ville de Tournai a quand même atteint son taux le plus élevé de cellules commerciales vides.

Ou alors, étant donné que de nombreux magasins ont fermé leurs portes, ils ne restent plus que les plus satisfaits.

Mais non, en fait, Comeos a sondé les commerces qu’elle représente : les grandes enseignes et les supermarchés. Pas le petit commerce tournaisien du centre-ville, qui a pourtant bien des choses à dire.

“Là, cette enquête a un peu plus de sens” , indique Jean-Claude Bernard, président de l’ASBL Tournai-Commerces. “Car dans les deux pôles commerciaux extérieurs au centre-ville, là où l’on retrouve en fait ces grandes enseignes et ces supermarchés, soit aux Bastions et au zoning commercial de Froyennes, il n’y a pas de problème de mobilité et de stationnement par exemple.”

Jean-Claude Bernard voit en cette étude une bonne nouvelle pour l’attractivité commerciale pour toute l’entité de Tournai, mais plus pour les grandes enseignes, d’autant plus qu’un projet d’extension du centre commercial des Bastions. Le président de l’ASBL Tournai-Commerces insiste cependant sur le fait que l’étude ne doit pas éclipser les problèmes du centre-ville. “On ne peut en effet ne pas déduire de cette enquête qu’il n’y a pas de problème de mobilité en centre-ville quand même.



© La Dernière Heure 2012
Publicité clickBoxBanner