Tournai-Ath-Mouscron Les vallées des rieux de Barges et d’Amour avaient été touchées par de violentes inondations il y a deux ans

De terribles inondations ont frappé la Wallonie picarde et en particulier l’entité de Tournai il y a deux ans. Dans la nuit du 6 au 7 juin 2016, des pluies torrentielles s’étaient abattues. La vallée du rieu de Barges d’un côté de l’Escaut et celle du rieu d’Amour de l’autre côté du fleuve avaient été sévèrement touchées, avec jusqu’à 1,5 m d’eau à certains endroits. Les villages de Vezon ou encore de Lamain avaient également subi des dégâts.

Deux ans plus tard, les habitants des deux vallées ne sont pas rassurés.

Du côté du rieu de Barges, un rieu provincial nettoyé par un privé après les inondations, les retards pris dans la construction de la zone d’immersion temporaire à Willemeau agacent des riverains.

"Cela prend trop de temps. Le chantier vient seulement de reprendre à la mi-mai après avoir pris du retard à cause d’une histoire d’expropriation oubliée, glisse Déborah Vandenberghe, citoyenne de Willemeau. Une entreprise a voulu renforcer les berges du rieu de Barges en enfonçant des pieux, mais les berges ont poussé les pieux qui se retrouvent au milieu du rieu. Les berges s’effondrent à certains endroits. Elles semblent aussi de plus en plus fragiles puisque l’on enlève des arbres."

Déborah enchaîne : "Il y a deux ans, nous avons eu 30 cm partout dans la maison, un voisin a eu 60 cm. Je n’ai jamais été stressée avant et, de toute façon, on ne sait rien faire face à la nature. Mais la semaine dernière, quand il y a eu à nouveau de fortes pluies, je n’étais pas à l’aise."

Le sentiment est similaire le long de la vallée du rieu d’Amour.

"Le rieu a été nettoyé il y a quelques années mais il n’a pas été curé, explique Marc Ghislain. J’ai reçu 10.000 € des assurances suite aux dégâts des inondations il y a deux ans et je les ai investis pour créer ma propre zone d’immersion temporaire. Il y a eu de fortes pluies jeudi dernier et je n’ai pas été inondé. Je suis donc content."

Mais d’autres maisons de Béclers ont été touchées. "Je suis rassuré pour moi, mais pas pour le village. Beaucoup de maisons ont été construites sur le rieu" , remarque Marc avant de conclure : "Si demain, il tombe encore 80 l d’eau comme il y a deux ans, ce sera à nouveau la catastrophe."

Des travaux ont déjà été réalisés, d’autres sont en cours, d’autres encore sont planifiés

Les autorités provinciales et communales tentent d’agir pour éviter de nouvelles inondations. Certains travaux ont déjà été réalisés depuis les inondations de juin 2016, d’autres sont en cours, tandis que d’autres encore sont prévus pour plus tard.

Concernant la vallée du rieu de Barges, il a été nettoyé.

"Nous avons remarqué un affaissement de parties des berges, indique-t-on au cabinet du député provincial Gérald Moortgat (MR). Ils portent sur une longueur d’environ 50 m. Une intervention est en préparation. L’idée est de procéder à un enrochement du lit du cours d’eau de façon à bloquer les roches placées sur les berges. Ce chantier sera sans doute réalisé pour septembre ou octobre 2018."

En termes d’entretien, "chaque année à l’automne, des entreprises de travail adapté comme le moulin de la Hunelle sont envoyées pour tailler la végétation des cours d’eau surtout aux abords du rieu de Barges".

Pour retenir les eaux en amont, une zone d’immersion temporaire est prévue à Willemeau. Les travaux ont repris à la mi-mai. Et en aval, 2,3 millions d’euros sont prévus pour dédoubler le rieu afin d’accélérer l’évacuation des eaux. Les travaux doivent commencer bientôt (ci-contre).

Quant au rieu d’Amour, pour la partie provinciale, d’Havinnes à Tournai, "un nettoyage a été effectué en septembre et octobre 2017, du pont Relais au pont Marianne à Havinnes, et aux environs du Pré d’Amour à Rumilies jusqu’au pertuis à Tournai, avec l’évacuation des boues".

La Province prévoit également bientôt de construire une digue sur le rieu d’Amour à Warchin.

En amont, de Béclers à Havinnes, le rieu d’Amour est communal.

"Il n’y a pas eu de nettoyage depuis les dernières inondations mais au plus on va nettoyer, au plus on va augmenter le débit. Il faut plutôt ralentir la vitesse de l’eau. Sinon, cela risque d’être la catastrophe pour la partie voûtée à Béclers" , souligne l’échevin des Travaux de Tournai Armand Boite (MR). Des discussions sont également en cours avec le Parc naturel des plaines de l’Escaut pour créer des fascines afin de ralentir les boues venant des champs.

Une réunion publique d’information

Une réunion publique d’information se tiendra lundi prochain, à 18 h, à l’hôtel de ville de Tournai, au sujet du dédoublement du rieu de Barges. Le projet sera expliqué lors de cette soirée.

Dans le cadre du projet Naqia, la Province de Hainaut a réservé un montant de 1,6 million d’euros pour le dédoublement du rieu de Barges, dans sa partie méandreuse et étroite depuis le site de l’IMC jusqu’à son rejet dans l’Escaut. Le but : accélérer l’évacuation de l’eau. Ce projet permettrait de faire passer le débit de crue du rieu des Barges de 10 m3/s à 20 m3/s.

Les travaux doivent débuter prochainement. Le coût du chantier est estimé 2,34 millions d’euros. La Province de Hainaut déboursera 2,2 millions d’euros. Le reste est à la charge de la ville de Tournai.