Tournai-Ath-Mouscron Malgré sa mise sous tutelle, celle-ci entend bien créer une liste concurrente

Le bras de fer se poursuit entre la Fédération PS de Wallonie picarde et l’USC de Lessines, et bien malin qui pourrait en donner l’épilogue.

À défaut de pouvoir tenir une assemblée générale avec un vote à la clé, ses représentants ont organisé, ce week-end, une rencontre informelle en présence de leurs sympathisants, parmi lesquels des candidats potentiels.

Dans une ambiance assez pesante, le responsable de la section de Papignies- Wannebecq, Olivier Artielle, a fait le point sur la situation actuelle aux côtés du président de l’USC, Eddy Lumen, d’Isabelle Privé mais aussi des représentants du groupe Libre dont l’ex-bourgmestre André Masure qui a décidé de revenir sur le devant de la scène politique afin de soutenir le combat des socialistes réfractaires aux décisions de leur nouvelle Fédération.

"La décision de nous mettre sous tutelle signifie que, jusqu’au 19 août, l’USC ne peut plus agir sans le consentement de la Fédération. Tout le travail de rassemblement de nos partisans est ainsi mis à mal. Par ailleurs, les pressions subies ces dernières semaines sur nos deux élus ont été terribles", laisse entendre Olivier Artielle.

Ce dernier a une nouvelle fois dénoncé le non-respect des statuts du PS par l’exécutif du triple arrondissement, en particulier le 6 mai dernier à l’occasion d’une assemblée générale durant laquelle les militants ont répondu majoritairement à la proposition de la Fédération d’élaborer une liste réunifiant les forces de gauche dans la cité de Magritte. "Rien qu’au sein de ma section, un tiers des affiliés en règle de cotisation n’ont jamais reçu d’invitation à cette assemblée", affirme notre interlocuteur tout en déplorant un parti pris de la Fédération pour la liste du bourgmestre sortant et de ses colistiers que le PS vient de réintégrer.

"Nous refusons d’être contraints à un mariage forcé, pratique d’une autre époque. La Fédération WP ne connaît pas les citoyens lessinois mais c’est elle qui voudrait se substituer aux gens de terrain pour établir une liste. Lorsque la nôtre sera complète, nous la soumettrons à la Fédération qui décidera ou pas de nous attribuer le logo PS…"