Tournai-Ath-Mouscron Faire mieux que les quatre sièges actuels et revenir dans une majorité

La plus grosse surprise de cette liste, finalement, c’est sans doute… qu’il y en ait une.

"Il y a encore un an ou même six mois, on aurait presque dit que le PS n’existait plus, souligne Alain Renard, le président de l’USC, qui a joué le rôle du démineur. Pourtant, la gauche est toujours présente au sein de la population leuzoise, au moins pour un tiers. Il n’y a qu’à voir le résultat du PS lors d’autres élections pour le constater."

À force de discussions, de coups de fil et de persuasion, Alain Renard est parvenu à convaincre Christian Ducattillon de rempiler. "Je l’ai contacté à de nombreuses reprises", dit le président de l’USC. Alain Renard a sonné l’heure du rassemblement des troupes alors que le PS semblait moribond. Un autre conseiller actuel comme Steve Abraham avait aussi décidé de stopper avant de changer d’avis, preuve que le climat redevient doux au sein du PS de Leuze. Le président de la fédération PS de Wapi, Bruno Lefèbvre, est aussi intervenu pour motiver les troupes.

À 61 ans , Christian Ducattillon a donc décidé de replonger dans la marmite électorale. On sent l’homme motivé. "Je ne voulais plus y aller, c’est vrai. Ce qui m’a convaincu de rempiler ? Je dirais la cohérence et la bonne ambiance qui se dégageaient du groupe, indique le chef de file. Tout se passe dans un bon climat, dans la bonne humeur. Il s’agira de ma cinquième campagne et je n’ai jamais connu une si belle ambiance. Je sens chez chacun une volonté de travailler pour les gens et pour le groupe et non en fonction de ses intérêts personnels. Les décisions se prennent de manière collégiale."

En répondant à la question concernant les ambitions en termes de sièges, Christian Ducattillon se montre offensif. "Nous voulons faire plus que nos quatre sièges actuels. Récupérer les deux sièges perdus en 2012 constituerait un beau résultat."

Et puis, le PS entend revenir aux affaires, pour gérer la commune. "Nous allons remonter et nous rendre incontournables au moment des négociations. Nous aurons clairement le rôle d’arbitre à jouer, j’en suis convaincu", co n clut la tête de liste .