Tournai-Ath-Mouscron Condanmé en 2004 à douze ans de prison, l'homme a toujours aggravé sa situation en milieu carcéral.

Le tribunal correctionnel de Tournai a déclaré Brahim Ait Dahmane coupable des deux préventions qui lui étaient reprochées. En septembre dernier, le tribunal s'était penché sur son cas. Détenu en prison de Leuze-en-Hainaut, l'homme s'en était violemment pris à un garde alors qu'il venait d'arriver au sein du pénitencier. Une arme artisanale, une sorte de brosse à dent accompagné d'une lame, avait également été retrouvée sur lui lors des faits survenus le 4 mars 2015.

L'homme n'en était pas à son coup d'essai. Il s'est en effet fait connaître de manière défavorable dans chaque centre pénitencier où il est passé. En octobre 2009 notamment, il avait frappé un gardien de la prison de Tournai au niveau du cou avec une arme qu'il avait fabriquée à l'aide d'une paire de ciseaux qu'il avait cachée dans son pantalon. Un fait qui lui avait déjà valu une peine de douze mois d'emprisonnement.

Une sortie de prison qui s'éloigne

Détenu depuis 2002, Brahim Ait Dahmane avait été condamné deux ans plus tard après avoir été reconnu coupable d'un meurtre. Il avait alors écopé de douze ans de prison. Il serait libre aujourd'hui depuis un certain temps s'il s'était tenu de manière correcte en prison. Au lieu de cela, son expiration de ses peines était fixée à 2022.

Avec ce nouveau fait, sa sortie de prison s'éloigne encore un peu plus. Le tribunal a décidé de le condamner à une peine d'un an de prison ainsi qu'à une autre de quinze mois. Vu son état de récidive, il ne pouvait évidemment pas compter sur une quelconque mesure de faveur.