Tournai-Ath-Mouscron Le projet a été présenté, avec un peu moins de parking mais plus de convivialité

La rénovation de la Grand-Place de Leuze, tout le monde en parle. Et depuis longtemps. Le projet est désormais sur rails. La présentation a été assurée par le bourgmestre, Christian Brotcorne (Idées).

Concrètement, les aménagements iront de la rue de Condé (grosso modo à partir du magasin Colruyt) jusqu’à la gare en passant par la Grand-Place et la rue Vandervelde. Cette voirie, la RN 60, est régionale. La Région wallonne a dégagé 2,5 millions pour les travaux.

Des aménagements seront aussi menés au niveau de la place du Jeu de balle mais il s’agit ici d’une partie communale qui sera prise en charge par la Ville de Leuze. Cette place du Jeu de balle, une fois les travaux terminés, pourra être contournée à la manière d’un rond-point.

Le gros changement aura trait au sens de circulation. Quand on arrive sur la Grand-Place, à hauteur des Caves d’Artois, la voirie sera placée en sens unique jusqu’à la gare. "Nous placerons cette zone en zone 30. Les gens qui veulent ensuite repartir sur Péruwelz pourront reprendre la rue de Tournai et la place du jeu de balle. Rue Vandervelde, vers la gare, nous pourrons mieux adapter le stationnement. Actuellement, il n’y a pratiquement pas de places pour les piétons", a dit le bourgmestre .

Si la voiture se taille toujours la part du lion en matière de déplacements, il faut aussi tenir compte des autres utilisateurs. Des SUL (sens unique limité) seront en vigueur pour les cyclistes. "Et le nombre de places de parking passera de 194 à 167. Si nous voulons redresser à la fois l’image et le développement de notre ville, il faut justement revoir notre centre urbain. Il faut gagner en esthétique et en convivialité. Aujourd’hui, il n’y a pas beaucoup de place par exemple pour les terrasses."

Au niveau de la Grand-Place, le stationnement sera surtout concentré sur la partie gauche, en épis. La partie droite fera office d’esplanade et d’endroit convivial. Et les fournisseurs pourront bien entendu venir livrer les commerçants. Le marché et d’autres festivités pourraient s’y tenir.

Le cheminement a pris du temps et le chantier durera entre deux et trois ans

"Je sais que je suis attendu au tournant. Il s’agit du seul dossier de la campagne électorale de 2012 qui ne soit pas encore concrétisé. Ce dossier, on en parlait déjà au siècle dernier, dans les années 90", indique Christian Brotcorne.

Le bourgmestre a rappelé qu’à quelques semaines du précédent scrutin communal, en juin 2012, il avait obtenu du ministre Di Antonio la promesse d’un budget pour un bureau d’étude. "L’ouverture des offres a eu lieu en novembre 2013 et, en avril 2014, un budget de 75.000 euros a été débloqué pour l’étude. Au final, c’est le bureau Sweco qui a été désigné. "

Après plusieurs réunions de travail englobant Ville, SPW et Sweco, une étude de mobilité a été réalisée début 2016. Notamment pour effectuer des comptages. La somme de 2,5 millions a été accordée en 2016 pour les travaux. La demande de permis n’a quant à elle pas encore été déposée. Le bourgmestre s’en est expliqué.

"Ce lundi, nous avions invité la population entre 15 h et 21 h pour découvrir le projet et émettre le cas échéant des remarques. Nous avions envie de procéder de la sorte plutôt que d’introduire la demande de permis avant de consulter la population. "

L’introduction de la demande se fera donc fin de cette année et l’enquête publique durera 130 jours, après quoi la désignation de l’entreprise qui officiera devrait avoir lieu au printemps 2018. Les premiers engins arriveront sur place à l’automne 2018. Ce chantier prendra entre deux et trois ans. Il sera découpé en plusieurs phases. "Nous communiquerons régulièrement à destination des commerçants et des riverains", a précisé Christian Brotcorne.

Début des travaux donc à l'automne 2018, autrement dit au moment des communales. Certains y verront forcément malice. Et le jeu politique se jouera, comme d’habitude…