Tournai-Ath-Mouscron La route Provinciale pourrait être reprise dans le prochain plan Infrastructures

La route Provinciale (RN 391) reliant Celles à Avelgem n’est déjà plus de toute première jeunesse. Son état laisse à désirer en divers endroits. Sa dernière réhabilitation date d’il y a dix ans.

Cela n’a pas échappé à la députée wallonne, et bourgmestre en titre de Celles, Véronique Durenne (CELDM - MR), qui a interpellé le ministre des Travaux publics et de la Mobilité à ce sujet.

"Ces dégradations importantes et dangereuses tant pour les usagers que pour les riverains seraient, apparemment, dues à deux facteurs, croit savoir Véronique Durenne. Premièrement, la vitesse semble être en cause malgré les aménagements et îlots censés la réduire. Deuxièmement, la forte fréquentation de cette route qui est un accès à la Flandre, ou à la Wallonie. Ces dégradations et les aménagements ont déjà causé des accidents. Les riverains retrouvent d’ailleurs des morceaux de ces aménagements dans leur propriété. C’est évidemment alarmant."

Le ministre Carlo Di Antonio répond que des interventions ponctuelles sont programmées de manière "à pallier les défauts les plus importants".

Quant à la réhabilitation de la route Provinciale, à une réfection plus en profondeur, ce dossier fera "l’objet d’un volet important du plan Infrastructures 2019-2024 annoncé récemment, qui prévoit des moyens budgétaires conséquents, notamment pour la remise en état du réseau wallon non structurant."

Carlo Di Antonio souligne aussi que seul l’aménagement de l’infrastructure ne peut réduire toutes les problématiques. "Il importe que tous les partenaires œuvrent conjointement pour améliorer la sécurité des usagers et la qualité de vie des riverains."

Le ministre invite ainsi la zone de police locale, celle du Val de l’Escaut donc, à faire respecter les limitations du tonnage des poids lourds, "sources de dégradation prématurée de ce type de voirie anciennement provinciale, dont la structure n’est pas adaptée au charroi à tonnage élevé".