Me Vandenbroucke, l’animal politique

L. Dup. Publié le - Mis à jour le

Tournai-Ath-Mouscron

Élu bâtonnier au barreau de Tournai, l’avocat cominois quitte la politique de Comines-Warneton, mais pas celle de la Justice

TOURNAI Sa retraite politique aurait-elle libéré Jean-Jacques Vandenbroucke ? On pourrait qualifier sa mue d’effet Deleu . En effet, le premier échevin a tourné le dos à la politique et à Gilbert Deleu après que ce dernier n’a pas cédé sa place à mi-mandat, comme promis. Du coup, l’avocat a tout claqué, non sans défendre au passage des dossiers, et non sans tancer le maïeur dans divers dossiers. Celui de l’affaire Braem notamment.

Libéré, Jean-Jacques Vanbendroucke s’est pleinement consacré à son métier. Avocat. Et Me Vandenbroucke allait bientôt se retrouver sous les feux des projecteurs puisque lui et son épouse Marie-Paule Dauchy, qui est aussi avocate, défendaient la mère de Younes devant la cour d’assises de Mons.

Mais pressenti pour succéder au bâtonnier André-Marie Verplaetse, Maître Vandenbroucke n’allait pas laisser briser la solidarité de la grève de l’aide juridique pendant qu’il allait se retrouver devant les caméras. Du coup, il a brandi la menace du report du procès de Mohamed Jratlou, car il ne souhaitait pas briser l’esprit de la grève, et car il essayait, aussi, de faire réfléchir la ministre Annemie Turtelboom (Open VLD). Un peu plus tard, Jean-Jacques Vandenbroucke était élu bâtonnier du barreau de Tournai. Il entrera en fonction en septembre. “Cela équivaut également avec mon départ officiel de la politique”, sourit l’avocat .

de la politique cominoise, aurait-il pu préciser. En effet, si Jean-Jacques Vandenbroucke compte accomplir ses missions de bâtonnier en présidant les 200 avocats du barreau de Tournai et en faisant respecter la déontologie, il compte aussi remplir son rôle politique.

Il entend ainsi s’opposer à la fusion des arrondissements , défendre l’aide juridique, etc.. “La justice est un domaine où le politique se désintéresse, car ce n’est pas populaire. Mais c’est un tort, car n’importe qui peut être amené à se retrouver devant un juge. Du coup, cela doit fonctionner pour le mieux… En fait, je suis un animal politique : j’aime défendre mes idées. Ce que je fais aujourd’hui, c’est toujours de la politique. Mais d’une autre manière.”



© La Dernière Heure 2012
Publicité clickBoxBanner