Tournai-Ath-Mouscron

Thomas, un jeune Mouscronnois, risque de se souvenir longtemps de la soirée qu’il aura passée à Courtrai, le 3 mai 2015, puisqu’elle l’aura conduit à la barre du tribunal correctionnel de Tournai.

Tout aura commencé suite à une altercation avec le videur d’un établissement où se trouvait le prévenu. "J’ai eu un souci avec cette personne, le ton est monté entre nous et une bagarre a effectivement éclaté", assurait le jeune prévenu lors de l’instruction d’audience. "Je tiens tout de même à préciser que je ne lui ai jamais porté le moindre coup."

Évidemment, suite à cette scène, les forces de l’ordre sont arrivées sur place. Le moins que l’on puisse dire, c’est que le prévenu ne se sera pas réellement montré coopérant. Il était donc poursuivi de la prévention de rébellion. "Je n’ai rien de spécial à dire contre cette prévention."

Cependant, Thomas réfutait totalement le fait d’avoir donné un coup de boule à un des agents de police. "Durant mon altercation avec le sorteur, j’avais perdu une chaussure. J’avais bu pas mal d’alcool en plus de cela. J’ai donc perdu l’équilibre quand ils ont essayé de m’interpeller et j’ai chuté dans leur direction. Je n’ai en aucun cas souhaité donner de coup volontaire."

Son avocat , Me Lavens, allait dans le même sens. "Dans le rapport de la police, minute par minute, il n’est jamais fait état de ce coup de boule. La police a essayé de l’interpeller et il s’est débattu, cela, mon client ne le conteste pas. Je demande donc la suspension du prononcé."

De son côté, le procureur du Roi demandait à ce que ce dossier soit joint à un autre où le jeune homme était déjà impliqué dans une histoire de rébellion. Une peine de travail avait à l’époque été requise. "Cette fois, un problème linguistique et l’alcool se sont ajoutés à la situation."