Tournai-Ath-Mouscron De nombreux usagers se plaignent de la lenteur du chantier autoroutier entamé en octobre dernier

Automobilistes et camionneurs circulent à nouveau au ralenti en rongeant leur frein sur l’E429/A8 entre Tubize et Hoves (Silly). En cause, la reprise des travaux de réfection entamés l’automne dernier sur un tronçon d’une bonne dizaine de kilomètres dans le sens Bruxelles - Tournai.

Une seule bande de roulage, c’est évidemment trop peu pour absorber l’important trafic auquel est soumis cet axe autoroutier reliant la Belgique à la France. D’autant que la vitesse est pour l’instant limitée à 50km/h peu après Halle jusqu’à la première sortie desservant Enghien - Hoves.

Pour rappel, ce chantier de réhabilitation du revêtement autoroutier financé et réalisé par la Sofico (SPW) à hauteur de 2,3 millions d’euros a démarré le 28 octobre dernier, avant d’être interrompu comme cela était prévu durant toute la période hivernale.

Si la seconde phase a enfin commencé, les nombreux usagers empruntant l’A8 se plaignent de la lenteur des travaux et n’hésitent pas à profiter des réseaux sociaux pour formuler de vives critiques à l’égard de la Sofico.

"L’entreprise qui a obtenu le marché travaille avec peu d’hommes et peu de matériel sur place. En deux semaines, seule la bande des pneus crevés a reçu une première couche d’asphalte. Le calvaire des automobilistes va donc se poursuivre dans la plus grande indifférence des autorités régionales", déplorait ainsi voici quelques jours un internaute sur Facebook.

Du côté des pouvoirs locaux, on ne mâche pas non plus ses mots ! Voici quelques mois, le bourgmestre de Silly avait déjà poussé un coup de gueule. Devant ce chantier qui s’éternise, la Sofico annonçait initialement la fin des travaux pour la mi-mai mais on voit mal comment ce timing pourrait être respecté, Christian Leclercq vient de renfoncer le clou.

"Au départ, ces travaux devaient durer entre quatre et cinq semaines. Au bout de six mois, on n’en voit toujours pas la fin. Ce n’est pas acceptable. Il est urgent que la Région wallonne s’interroge sur l’organisation et le planning de ces chantiers. En Flandre, je suis convaincu que celui de l’A8 serait déjà finalisé depuis longtemps. En attendant, les conducteurs perdent quotidiennement 20 minutes sur ce secteur."