Tournai-Ath-Mouscron Les initiateurs du projet CanalHeal renoncent à vendre du cannabis thérapeutique

Dans une récente édition, nous avions évoqué l’étonnant projet de trois jeunes Enghiennois visant à ouvrir dans le courant du mois d’août un magasin de cannabis thérapeutique (CBD) à la rue de Bruxelles sous le label CanalHeal.

Hélas pour eux, les réticences et le mécontentement de certains riverains ont finalement eu raison de l’avènement d’une telle activité commerciale dans leur quartier.

Ce n’est paraît-il pas la seule raison qui ait poussé les initiateurs de ce projet à faire marche arrière et à renoncer à proposer à la vente, dans le centre-ville, des produits à base de cannabidiol, une des nombreuses molécules non psychotropes du cannabis.

Selon certaines études scientifiques, ce produit posséderait de nombreuses vertus thérapeutiques pour combattre notamment les douleurs chroniques et la nervosité, mais aussi pour stopper les crises d’épilepsie.

"Les responsables de l’agence de développement local (ADL) ont attiré l’attention des futurs vendeurs sur le flou juridique qui entoure actuellement la commercialisation du CBD en Belgique, même si celle-ci n’est en rien prohibée aux yeux de la législation européenne. Ils leur ont fait comprendre qu’ils risquaient de devoir fermer leur boutique d’ici quelques mois si le gouvernement fédéral venait à voter un projet de loi interdisant la vente de CBD sur notre territoire", rapporte le bourgmestre Olivier Saint-Amand (Ecolo).

Une chose est certaine, ce ne sont pas les autorités judiciaires ni le parquet qui les ont dissuadés d’ouvrir dans la cité d’Arenberg ce magasin de cannabis thérapeutique comme il en fleurit un peu partout en Belgique et dans beaucoup d’autres pays européens. Les trois personnes à l’origine du projet ont fait part de leur déception, d’autant que des séances d’information étaient prévues avec les voisins pour les rassurer sur la nature de leur future activité. Ils ne jettent cependant pas l’éponge et n’excluent pas d’aller s’implanter ailleurs dans la région.

Pour rappel, il n’existe, à ce jour, aucun magasin de ce type sur le territoire de la Wallonie picarde. En revanche, plusieurs enseignes sont désormais accessibles dans d’autres provinces du Royaume.B. D.