Tournai-Ath-Mouscron L’échevin René Smette évoque les résultats inquiétants des radars préventifs.

La commune de Pecq dispose de quatre radars préventifs. Elle les fait tourner dans les villages de l’entité. Et les résultats de ces derniers mois ne sont pas bons.

"En décembre et janvier, nous avons mis les radars préventifs à la rue de Lannoy à Pecq, à un endroit où c’est maximum 30 km/h dans le sens Pecq-Estaimbourg, et 50 km/h dans le sens inverse", explique l’échevin de la Mobilité René Smette (GO - MR). "Un mardi après-midi, fin janvier, le radar a enregistré une pointe à 170 km/h au lieu de 50 km/h. Le même jour, deux autres véhicules ont dépassé le 150 km/h. Dans l’autre sens, un véhicule a roulé à 102 km/h au lieu de 30 km/h."

Dans la foulée , le radar préventif a été installé rue de la Sucrerie à Warcoing.

"Des travailleurs indiquaient qu’il était dangereux de traverser malgré tous les panneaux qui ont été installés. Et là, nous avons eu une pointe à 124 km/h au lieu de 50 km/h en pleine journée . Ces résultats sont inquiétants", poursuit René Smette. "Une bonne partie de la population pecquoise nous remercie pour les radars préventifs. Mais il y a un moment donné où nous devons sévir, surtout avec des résultats pareils."

Les résultats des radars préventifs sont envoyés à la zone de police du Val de l’Escaut (Pecq, Celles, Estaimpuis, Mont-de-l’Enclus), qui sort ensuite le radar répressif.

Les radars permettent également à la commune d’étudier la nécessité de réaliser des aménagements pour limiter la vitesse des véhicules. De tels aménagements ont d’ailleurs été récemment approuvés par le conseil communal pour la rue de Marvis à Hérinnes, où les véhicules venant de Molenbaix roulaient parfois trop vite.

La commune de Pecq disposera de quatre radars préventifs d’ici la fin de la législature.