Tournai-Ath-Mouscron

Pecq et Ideta, ce n’est plus le grand amour depuis longtemps. Et Ideta, l’agence Intercommunale de développement, est secouée aussi depuis quelques jours suite aux questions parlementaires posées de la députée wallonne Véronique Waroux qui semblaient déranger.

Ideta a tenu à faire une mise au point ce mardi matin à ce sujet. Après la députée Waroux, c’est un autre mandataire cdH, Marc D’Haene qui met le feu aux poudres. 

Le débat avec la commune de Pecq et le conflit qui l'oppose à Ideta n’a cependant aucun rapport avec les questions d’émoluments dans les intercommunales de Wallonie picarde. Marc D’Haene, le bourgmestre pecquois avait déjà menancé de changer d’intercommunale plusieurs fois. 

“Ideta n’a jamais rien fait pour nous”, a-t-il plusieurs fois déclaré. Ici, il semble décidé à mettre sa menace à exécution. Il s’en est expliqué à nos confrères de L’Avenir. 

Il n’en fallait pas plus aussi pour relancer le débat politique dans la région au sujet des intercommunales.

 La commune de Pecq claquerait donc la porte d’Ideta et rejoindrait IEG, l’Intercommunale d’Etude et de Gestion , qui est constituée par les villes de Mouscron et Comines-Warneton. 

Les réactions ne se sont pas fait attendre. “C’est son droit le plus strict”, laisse entendre le député-bourgmestre frasnois, Jean-Luc Crucke (MR).

Trois questions

“Cette démission n’occulte-t-elle cependant pas d’autres réalités et d’autres débats plus existentiels encore : Wallonie Picarde - to be or not to be ?”, avance Jean-Luc Crucke.

Et ce dernier d’argumenter en trois points.

“Le développement économique doit-il être géré à une échelle plus locale ou sous-régionale ? Je suis de ceux qui pensent que ce qui est économiquement bon pour Tournai l’est également pour Mouscron et Ath et l’inverse est tout aussi vrai ? Le problème n’est pas vraiment de savoir dans quelle commune s’installera une entreprise, mais qu’elle le fasse sur le territoire de la Wallonie Picarde, à l’endroit le plus respectueux de l’aménagement du territoire et que les emplois puissent être profitables à toute la sous-région grâce à des transports efficaces et mieux organisés”.

“Sommes-nous plus attractifs, sur le plan économique, dans une stratégie concertée entre 23 communes ou l’efficacité impose-t-elle une division plus pelliculaire et des dépenses publiques redondantes qui se font toujours à charge du portefeuille du citoyen. Je privilégie largement la première hypothèse de travail. Certes, elle impose aux décideurs politiques des concessions et l’obligation de remiser au placard l’orgueil lié à l’inauguration de l’un ou l’autre investissement dont la paternité revient en réalité essentiellement au privé ?”

“La gouvernance politique d’une intercommunale impose-t-elle la présence au CA d’un représentant de chacune des communes actionnaires ? Non, c’est comme cela qu’une association devient ingérable. Ce qui importe c’est que les représentants les plus avertis y siègent, que des administrateurs indépendants soient également présents et que les conseils communaux débattent en profondeur des orientations stratégiques ?”

Parfum d'élections

Un vent préelectoral semble donc déjà souffler sur la région. Mais la vision micro-locale semble aussi être un facteur d’agitation.

“A l’heure où les communes de Silly, Enghien et Lessines aspirent à rejoindre l’espace et l’identité de la Wallonie Picarde, il serait désespérant d’afficher l’image d’un territoire incapable de s’unir et de gérer une cohabitation porteuse d’avenir”, conclut le bouillant député-bourgmestre de Frasnes-lez-Anvaing. “ Espérant qu’il soit possible de faire abstraction de nos passions communales et de nos différences idéologiques, je lance une invitation à mes collègues parlementaires de Wallonie Picarde pour nous mettre autour de la table et initier le débat d’une nouvelle intercommunalité. A défaut, je crains que les décisions ne se prennent un étage au dessus et que les jérémiades qui suivront seront autant de larmes inutiles. J’ose par contre croire que l’autorité wallonne pourrait encore être sensible à une proposition intelligente et consensuelle qui lui serait faite.”