Tournai-Ath-Mouscron Un projet créatif autour des métiers oubliés et du travail en général se met en place

Depuis plusieurs années, sous l’impulsion d’Arrêt 59, de l’ASBL Ag’y Sont et du groupe des Passeurs de mémoire, les souvenirs et expériences des anciens se transmettent aux jeunes générations à Péruwelz.

Dans la lignée du documentaire Tant qu’on parle de moi, je ne suis pas un souvenir réalisé en 2016 et diffusé dans les villages de l’entité, une récolte de mémoire autour des métiers anciens et oubliés a été compilée par le groupe des Passeurs de mémoire. Aujourd’hui, cette matière nourrit la préparation d’un projet avec comme finalité la création d’un spectacle mis en scène par l’artiste Céline Estenne.

Pendant plusieurs jours de ce mois de juillet, des citoyens, jeunes et moins jeunes, accompagnés de comédiens professionnels, se sont retrouvés en résidence à Arrêt 59 pour animer cette création intitulée On avait de bonnes dents autour de la thématique du passage de mémoire. "À la suite de la projection du documentaire, des parents et des grands-parents se sont encore exprimés, dévoilant leurs souvenirs, leurs témoignages de la vie d’avant, sur d’anciens métiers", indique Céline Estenne.

Batteur de matelas, agent des douanes, barbier : ces professions étaient encore en vogue il n’y a pas si longtemps.

Ce spectacle a pour ambition de questionner, si possible de manière drôle et sensible, sur notre rapport au travail aujourd’hui, notamment pour permettre aux plus jeunes de poser des repères dans le monde et de comprendre son évolution.

"Il est important d’avoir à la fois des témoignages oraux, audiovisuels et écrits. Ensuite, l’idée était de réunir dans le projet des citoyens d’âges différents comme ados, jeunes adultes et aînés. Bref, donner une dimension intergénérationnelle ", souligne Céline.

À travers des jeux de rôles et de petits exercices ludiques, Céline Estenne a voulu faire ressortir les émotions des participants. "Le principe, c’est que nous cherchons ensemble des attitudes et des textes susceptibles de faire mouche auprès du public. Moi-même, je ne savais pas encore très bien où nous allions aller. Mais comme je l’ai dit aux comédiens, le théâtre, c’est du texte mais aussi le langage du corps, qui doit bouger, exprimer des choses. Il y a aussi de l’improvisation. Et les participants ont également exprimé leur volonté de faire rire, de manière originale. "

Ce spectacle autour du thème du travail et des métiers oubliés sera à découvrir à Arrêt 59 les 23, 25 et 26 novembre.