Tournai-Ath-Mouscron

Récemment, une photo a circulé sur les réseaux sociaux. Sur le cliché, on pouvait y voir des ouvriers communaux traiter l’espace public, et plus précisément dans ce cas, le parvis de l’église d’Arbre.

Cette photo a créé l’émoi au sein de la population puisqu’elle laissait croire que les ouvriers utilisaient des pesticides pour faire disparaître les mauvaises herbes. À l’heure où les produits de ce genre sont montrés du doigt et que toutes les communes annoncent vouloir faire des efforts en matière environnementale, cette photo faisait tâche.

La ville d’Ath a rapidement réagi suite aux propos lus sur les réseaux sociaux, preuve que le sujet de la préservation de la nature et de la santé de tous, est sensible.

La Ville se défend d’utiliser des pesticides nocifs. "Des ouvriers communaux ont été photographiés à Arbre alors qu’ils traitaient les abords de l’église", réagissait le bourgmestre Marc Duvivier (PS). "Ils utilisaient un extrait de pélargonium, le cousin du géranium."

Le maïeur précise que d’autres procédés sont utilisés pour de tels traitements sur le territoire. "En d’autres endroits, ils brûlent les mauvaises herbes à l’aide de vapeur d’eau à 110 degrés. Ce sont généralement des surfaces franchies par des promeneurs. Les espaces entre les bordures et filets d’eau sont pour la plupart brossés à l’aide de fibres implantées sur un rotor mû par une balayeuse. Il reste le recours à la binette et à la bêche pour chicons dans les parterres ou autres plantations."

Tout cela demande énormément de temps et de moyens humains. "Les quelques ouvriers des Espaces verts répondent ainsi aux besoins de la société le long de plusieurs centaines de km de voiries, et sur des surfaces estimées à 250.000 m2."