Pour la petite frimousse d’Eden

Laurent Dupuis Publié le - Mis à jour le

Tournai-Ath-Mouscron

Cette année, l’ASBL Les Leongs tchus aidera la famille d’Eden Coquelin

FROYENNES – MONT-SAINT-AUBERT L’ASBL Les Leongs tchus, présidée par Monique Willocq, poursuit deux objectifs a priori sans lien l’un avec l’autre. En fait, l’action de cette association du Mont-Saint-Aubert peut se traduire en deux temps.

Tout d’abord, elle souhaite défendre et mettre en valeur le patrimoine de son village, toit de l’entité tournaisienne. Elle organise pour cela de nombreuses activités : le week-end pascal, la fête du pain en juillet, des soupers...

Ensuite, chaque année, les bénéfices récoltés lors de ces activités sont reversés à une famille qui a un enfant gravement malade ou handicapé.

Et cette année, l’ASBL Les Leongs tchus aidera une Froyennoise, Eden Coquelin, et ses parents, Laureen et Sven, tous les deux âgés de 24 ans. Leur fille Eden, qui a presque trois ans, a la sclérose tubéreuse de Bourneville, une maladie orpheline.

Une maladie terriblement imprévisible, qui complique, notamment, la vie socioprofessionnelle de ce jeune couple très sympathique. Et les frais médicaux s’amoncellent…

Peu avant Pâques, Laureen et Sven ont reçu un coup de fil. On leur a appris que l’association des Leongs tchus souhaitait leur venir en aide financièrement. Du coup, le jeune couple et Eden sont passés au Mont-Saint-Aubert. Il ne faisait pas très chaud, se souviennent-ils, mais la chaleur humaine, bien présente, elle, leur a donné le sourire. “Nous avons rencontré les parents d’Elya, qui avaient été aidés par l’association l’an passé. Nous avons pu discuter avec eux. Lors de ce week-end pascal, il y avait des gens qui nous écoutaient, qui comprennent notre situation. Cela fait du bien parce que ce n’est pas toujours très facile…”

Cette situation n’est évidemment pas simple pour des parents, d’autant plus qu’aucune association autour de la maladie qui touche leur fille n’existe en Belgique. “Il y en a une en France mais c’est loin, et nous n’avons pas le permis.” Et maintenant, ils ont encore moins le temps, et les moyens, de le passer.

L’aide de l’association, couplée à un soutien moral, sera donc la bienvenue pour Eden et ses parents. L’ASBL compte sur une affluence importante et solidaire lors de ses activités.



© La Dernière Heure 2012
Publicité clickBoxBanner