Tournai-Ath-Mouscron Les malfaçons des habitations sociales vont être corrigées

Le clos Saint-Pierre, un clos d’habitations sociales à Rumes, a été inauguré fin 2014. Et c’est loin d’y être le paradis pour les habitants.

Le PS de Céline Berton est intervenu lors du dernier conseil communal de Rumes au sujet du clos Saint-Pierre et de ses sept habitations sociales. "Les soucis subsistent dans les maisons", souligne Céline Berton, s’interrogeant quant à l’action de la majorité IC dans ce dossier.

Un dossier très complexe à en croire l’échevin Bruno De Langhe (IC-CDH). "Des problèmes sont apparus très vite aux portes d’entrée et aux baies vitrées coulissantes des maisons. Les locataires se sont plaints et à juste titre. L’entreprise a appelé le sous-traitant qui s’est fait tirer l’oreille. Il y a eu une visite sur place mais rien n’a été résolu."

Le ton est monté petit à petit. Des promesses ont été formulées. L’inaction a été constatée. "Les relations sont devenues moins agréables", glisse Bruno De Langhe. "Une réunion s’est tenue en avril dernier avec le patron d’Interconstruct. Il a marqué son envie de résoudre le problème. Nous avons quand même dû rappeler par un courrier à la mi-juin ce qu’il avait promis, que tout devait être résolu pour fin juin. Rien n’a été fait depuis."

L’échevin du Logement était alors "très énervé". "Nous avons renvoyé des courriers électroniques. L’entreprise les a transférés au sous-traitant et il y a une quinzaine de jours, nous avons appris que l’entreprise avait finalement renvoyé le sous-traitant et passera par une autre société. Elle s’est engagée auprès de notre avocat pour régler le problème."

L’entreprise évoque aujourd’hui le remplacement de toutes les baies vitrées et la réparation des portes d’entrée des habitations sociales du clos Saint-Pierre. "Mais je suis comme saint Thomas. Je vais y croire quand cela sera fait", lance Bruno De Langhe. "Je vais maintenant m’assurer qu’un planning soit établi."

L’échevin se félicite par ailleurs d’aboutir, a priori, à une solution en dialoguant, avec insistance certes, mais sans perdre du temps et de l’argent devant les tribunaux.

.