Tournai-Ath-Mouscron

Il s’en est fallu de peu que le tristement célèbre carrefour des Quatre-Saules, à Silly, fasse de nouveau parler de lui dans la rubrique nécrologique. Au cours du dernier week-end, une collision entre une voiture et un véhicule familial, dont les occupants se rendaient à une cérémonie de mariage, sont entrés en collision à l’intersection de la N7 Bruxelles-Tournai et de la rue de la Station. Par miracle, cette fois, les services de secours n’ont eu, heureusement, à prendre en charge que des blessés légers souffrant de contusions.

Ce n’est pas la première fois, hélas, que la traversée extrêmement délicate de ce carrefour, greffé sur une longue ligne droite et qui se prête aux excès de vitesse, se solde par la perte de vies humaines. Depuis 2005, une dizaine d’automobilistes et même des motards ont trouvé la mort à cet endroit. En témoigne ce bouquet de fleurs accroché aux panneaux directionnels en bordure de chaussée.

Vivant dans la hantise du prochain crash, les autorités communales et les riverains réclament des aménagements efficaces depuis de nombreuses années. "Malgré les piqûres de rappel de notre observatoire de la sécurité, la Région wallonne ne voit toujours pas la nécessité, ni l’urgence, d’installer des feux tricolores", déplore le bourgmestre Christian Leclercq (LB).

Le carrefour des Quatre-Saules n’est pas le seul en Wallonie à figurer sur la liste des carrefours accidentogènes et le SPW, gestionnaire de cet axe régional, n’est financièrement pas en mesure d’intervenir partout à la fois pour sécuriser tous les points noirs recensés sur son territoire. "Un peu plus loin à Marcq (Enghien), le SPW a pourtant résolu le problème en mettant des feux tricolores pour sécuriser, il est vrai, les abords d’une école tandis qu’à Ath, on ne les compte plus, sans parler des ronds-points", s’étonne le maïeur.

En 2016, la commune de Silly a pu convaincre le SPW de réaliser un ilôt central et de nouveaux marquages au sol, mais de tels aménagements montrent déjà leurs limites et n’incitent pas les conducteurs venant d’Ath ou d’Enghien (N7) à lever le pied.

Si la création d’un giratoire n’est budgétairement, mais aussi techniquement, pas réalisable en raison de la présence d’une habitation qu’il faudrait exproprier, le SPW devrait à court terme réintervenir en aménageant, cette fois, un îlot strié sur la N7 accompagné d’un renforcement du marquage au sol.