Tournai-Ath-Mouscron

À l’heure actuelle, il ne fait pas bon pratiquer un sport exotique à Tournai. Les Phoenix (foot US) comme les Celtics (baseball) doivent évoluer dans des conditions déplorables sur une surface de jeu ressemblant plutôt à un terrain vague à l’arrière du hall des Sports.

Le terrain est bosselé, parsemé de grosses pierres, sans compter l’eau qui reste en surface en certains endroits. Ajoutez-y l’absence d’éclairage et la coupe est pleine. Les dirigeants des deux clubs ont rencontré l’échevin des Sports, Tarik Bouziane, ainsi que les représentants du service des Sports de la Ville.

Avec des promesses à la clé. "Dans un premier temps, il faut sécuriser les lieux", explique Tarik Bouziane. "À savoir empêcher les voitures de venir faire du rodéo sur le site. C’est pour cette raison que nous sommes en train de creuser une tranchée à l’arrière du terrain. Il faudra aussi placer quelques obstacles."

Autre fléau permanent : les déjections canines. Il faut parfois faire preuve d’une grande souplesse pour les éviter. "Les balades matinales ont du succès", confie avec ironie l’échevin. "Une signalisation va être placée pour inciter les maîtres à surveiller leur meilleur ami. Et nous verbaliserons si besoin."

Au niveau financier, la Ville de Tournai avait déjà budgété 200.000 € de travaux pour 2013. Une partie de cet argent, soit 20.000 €, servira à refaire complètement la pelouse.

"Autrefois, des terres de remblais ont été amenées sur le site", constate Tarik Bouziane. "Ici, durant la trêve, nous allons amener 500 tonnes de terre et faire refaire le tout par une entreprise. Nous avons consulté trois firmes, qui proposent chacune une manière de travailler. Nous allons bientôt choisir."

L’échevin annonce qu’un dossier sera introduit auprès d’Infrasports en septembre. "Avec un bon 200.000 € de part communale plus 75 % de subsides, soit un projet conséquent qui comprendra aussi vestiaires et buvette aux abords de ce terrain", précise Tarik Bouziane.

Dans l’immédiat, une fois le problème de la pelouse résolu, il faudra se pencher sur l’éclairage. "À partir des poteaux du terrain de hockey, on peut envisager un éclairage d’appoint dans un premier temps", souligne l’échevin des Sports.