Tournai-Ath-Mouscron Après les plaintes et les pétitions contre les nuisances sonores, ils envisagent de saisir le Conseil d’État

À Chièvres et plus particulièrement dans le village de Vaudignies, on continue à se plaindre des nuisances sonores occasionnées par les activités du stand de tir situé à Bauffe, sur le territoire de l’entité voisine de Lens. Le chef de file de l’opposition chiévroise, Claude Demarez (MR) ainsi que Didier Lebailly, l’échevin Ecolo en charge de la Santé, viennent d’interpeller le collège à ce sujet en relayant le mécontentement récurrent des habitants.

Le ras-le-bol de ces derniers s’est exprimé au travers d’une pétition et vise essentiellement le tir aux clays, une discipline qui se pratique en extérieur et qui consiste à abattre au fusil des plateaux d’argile projetés en l’air. Il s’agit d’un exercice d’adresse, d’entraînement à la chasse ou encore à caractère sportif. À Bauffe, on le pratique en semaine mais également le dimanche ainsi que les jours fériés.

La situation des nuisances ne s’est pas améliorée, que du contraire, depuis que les exploitants de l’International Shooting Center de Bauffe (ISCB) ont sollicité voici bientôt un an des dérogations par rapport au permis d’environnement initial afin de pouvoir augmenter le nombre et l’intensité des tirs pour des questions de rentabilité.

Après avoir été soumise à enquête publique et malgré les griefs formulés par de nombreux habitants qui songent à saisir le Conseil d’État, cette demande portant sur l’extension des normes de bruit a reçu l’aval du ministre compétent.

À l’époque, Didier Lebailly avait déjà tapé du poing sur la table. "Bien avant l’octroi du nouveau permis, des contrôles et études acoustiques avaient mis en évidence des dépassements des normes parfois très importants. Certains constats ont même débouché sur des amendes", rappelle l’échevin Ecolo.

"L’exploitant est conscient du problème et a déjà réalisé des aménagements susceptibles de réduire l’impact des détonations, variable en fonction des vents, mais sans réelle efficacité. Celles-ci se font entendre jusqu’à Huissignies où j’habite. À la longue, c’est nerveusement usant et fatiguant."

Pour Claude Demarez (MR), il est urgent que le collège de Chièvres fasse pression sur celui de Lens qu’il accuse de laxisme en ce qui concerne les conditions d’exploitation de ce stand de tir.

"Il s’avère que la liste des plaignants compte autant de Chiévrois, sinon plus, que de Lensois", commente le conseiller libéral.