Tournai-Ath-Mouscron Devenue dangereuse, la passerelle a été condamnée par la SNCB. 

La SNCB a placé des barrières interdisant le passage sur la passerelle d’Allain. Cette passerelle permet aux piétons de passer d’une rive à l’autre de l’Escaut. Et si les barrières de sécurité ont été enlevées, cela ne signifie pas que les piétons vont pouvoir à nouveau emprunter cette passerelle.

Interpellé par le député fédéral Paul-Olivier Delannois (PS), le ministre de la Mobilité François Bellot (MR) rappelle que la passerelle d’Allain est située sur l’ancienne ligne 88A Tournai-Chercq et qu’elle fait partie des lignes convoitées par la Région wallonne dans le cadre de son projet RAVeL. "La SNCB m’informe que pour des raisons de sécurité, des panneaux ont effectivement été posés pour interdire le passage sur le pont en mauvais état. L’enlèvement de ces panneaux est probablement dû, une fois encore, à un acte de malveillance pour lequel une plainte sera déposée à la police. La SNCB prend les mesures qui s’imposent pour sécuriser la zone. Il est toutefois demandé aux autorités locales de renforcer la surveillance."

Pour Paul-Olivier Delannois, qui s’est rendu sur place, la situation est dangereuse. "Des chambres de visite sont totalement ouvertes. Si la nuit, quelqu’un s’y aventurait, il y aurait un grave problème. À mon avis, je vais prendre des mesures."

La SNCB envisage, à terme, de démolir le pont. "Ni le SPW ni la Ville ne souhaitent reprendre cette partie de ligne pour le RAVeL, tronçon situé entre la piscine de L’Orient et Chercq. La SNCB va donc rapidement introduire un permis de démolition pour ce pont, ainsi que pour deux autres ouvrages d’art situés à proximité. La SNCB assure qu’elle reste ouverte à toute initiative qui viserait à la réaffectation de ce tronçon de ligne."

Paul-Olivier Delannois compte analyser cette possibilité. "Mais la question que je me pose, c’est que coûte une démolition et que coûteraient éventuellement de menus travaux pour faire en sorte que cette passerelle puisse encore subsister, en sachant que c’est un cadre assez bucolique pour les marcheurs, joggeurs…"