Tournai-Ath-Mouscron Ipalle a commandé une enquête pour connaître les attentes des citoyens

L’intercommunale en charge de la gestion et du traitement des déchets de Wallonie picarde, Ipalle, a fait réaliser, par la société Cohesium, une enquête sur les recyparcs. Les avis de 406 usagers et de 209 non-usagers ont été recueillis.

Auprès des personnes fréquentant les recyparcs, cette démarche a permis de mettre en évidence les aspects et les services qu’elles apprécient mais aussi d’évaluer les éléments susceptibles d’être améliorés et de connaître les attentes des citoyens.

Auprès des personnes ne fréquentant pas les recyparcs, les résultats de cette enquête permettent à l’intercommunale d’en comprendre les raisons et de cibler les attentes et les actions à mettre en place pour les encourager à les utiliser.

Les usagers donnent une note globalement positive aux recyparcs d’Ipalle, par rapport à la propreté du parc, aux heures d’ouverture, aux informations disponibles, à l’accueil du personnel, à la facilité du déchargement… 57 % des usagers sont satisfaits, 41 % très satisfaits. Seuls 2 % des usagers ne sont pas satisfaits.

19 % des personnes sondées estiment toutefois qu’il faudrait améliorer la sécurité des véhicules et 13,3 % jugent que la facilité de déchargement pourrait être améliorée. Les usagers aimeraient aussi que les recyparcs d’Ipalle puissent accueillir des barquettes de frigolite et le papier-peint, et des déchets d’emballages plastiques.

Quant aux non-usagers, 54 % des personnes sondées répondent qu’elles ne se rendent pas dans un recyparc parce qu’elles se satisfont du service de collecte à domicile. 46 % disent qu’elles ne s’y rendent pas parce qu’elles n’ont pas de véhicule et 27 % indiquent que d’autres personnes prennent leurs déchets pour les déposer dans un recyparc.

Les usagers et non-usagers ont également répondu à des questions communes. Ils ne sont pas intéressés par la possibilité d’apporter leurs déchets de cuisine au parc à conteneurs (73 % des usagers, 88 % des non-usagers). En revanche, 70 % des usagers et 72 % des non-usagers aimeraient un point de dépôt proche de leur domicile.

L’intercommunale Ipalle veut tirer des enseignements de l’enquête

La présidente de l’intercommunale Ipalle se dit "satisfaite" des résultats de l’enquête. "Nous avons un bon bulletin, mais l’objectif est que les gens soient encore plus satisfaits , glisse Ludivine Dedonder (PS). Nous avons parfois le nez dans le guidon et là, nous savons un peu plus où il faut travailler et quelles sont les attentes des citoyens."

Ludivine Dedonder relève notamment que le taux de satisfaction des usagers est plus important dans les recyparcs rénovés et les nouveaux. "C’est bon signe. Et nous allons continuer ce travail de rénovation des parcs à conteneurs."

La présidente d’Ipalle poursuit : "Nous nous demandions pourquoi 31 % de la population n’allait pas dans les recyparcs. Dans l’enquête, les non-usagers disent qu’ils n’y vont pas parce qu’ils donnent leurs déchets à d’autres. Ils passent par les recyparcs de manière indirecte. C’est une bonne chose aussi. Les autres, nous allons essayer de les sensibiliser."

La communication devra également être renforcée en matière de compostage. "Dans l’enquête, les gens disent notamment qu’ils ne s’investissent pas dans le compostage, faute de moyens. Mais ce n’est pas cher d’acheter une compostière. Ipalle accorde une réduction et certaines communes interviennent également financièrement. Si je prends l’exemple de Tournai, le plus petit fût revient à 10 €, le grand à 35 €."

L’enquête permet également de connaître les attentes des citoyens. "Nous voyons notamment dans les résultats de l’enquête qu’il y a un réel intérêt de la population à développer des points d’apport volontaire pour les déchets organiques."

Ces points d’apport sont d’ailleurs en cours d’installation à divers endroits de Wallonie picarde.