Tournai-Ath-Mouscron Des bourgmestres reprochent au SPW de transférer aux communes des missions qui ne sont pas de leur ressort

Nous avons posé la question à d’autres bourgmestres pour savoir ce qu’ils pensent de ce nouveau décret leur permettant désormais d’agir au même titre que l’UBEA pour mettre fin à des cas de maltraitance animale. Force est de constater que ces derniers, à une exception près, sont sur la même longueur d’ondes que leur homologue lessinois.

"Même si la cause est noble, le niveau tant régional que fédéral se déresponsabilise une fois de plus en renvoyant vers l’échelon communal des matières qui ne sont pas les siennes, pour la bonne et simple raison que les pouvoirs supérieurs n’ont plus les moyens financiers et humains de les traiter eux-mêmes", déplore Olivier Saint-Amand (Ecolo).

Et le bourgmestre d’Enghien de citer l’exemple des sanctions administratives. " Les communes sont désormais contraintes de les faire appliquer à cause d’une justice défaillante à laquelle le gouvernement n’octroie plus les budgets suffisants. Cela étant, si j’apprenais qu’un ou plusieurs animaux sont maltraités sur le territoire que j’administre, il est clair que la commune ne ménagerait pas ses efforts pour que cessent de tels agissements."

Le bourgmestre de Brugelette abonde dans le même sens. "Comme à chaque fois, on renvoie la balle vers les communes en les mettant devant le fait accompli. Pondre des règlements, c’est facile, mais les faire appliquer, c’est autre chose, commente André Desmarlières. Ce n’est pas parce qu’un animal est squelettique qu’il faut automatiquement suspecter une forme de maltraitance. Celui-ci peut aussi souffrir d’une pathologie. L’important est de pouvoir juger en connaissance de cause. N’en étant pas un, je demanderais d’abord l’avis d’un vétérinaire avant de prendre des mesures si j’étais confronté à un cas."

Du côté de Frasnes par contre, on considère que c’est aussi le rôle d’une commune de veiller au bien-être animal. "Un bourgmestre est responsable de la sécurité des gens et des biens sur son territoire. On peut considérer que celle des animaux est donc aussi de sa responsabilité. Si j’étais face à un cas comme celui d’Ogy, cela ne me poserait aucun problème d’intervenir en concertation avec Pierre Bourdeaud’Huy, notre échevin en charge du bien-être animal", indique le bourgmestre ff Jacques Dupire.