Tournai-Ath-Mouscron Les responsables d’un trafic de stupéfiants se retrouvaient en correctionnelle après une saisie historique survenue à Mouscron.

Six personnes ont été citées à comparaître devant le tribunal correctionnel de Tournai dans le cadre de la saisie historique de produits stupéfiants survenue à Mouscron en juin 2013. À l’époque, les forces de l’ordre avaient alors notamment mis la main sur 75 kg de cocaïne et 25 kg de résine de cannabis ainsi que sur des armes de guerre.

Si trois prévenus s’étaient fait représenter par leur avocat, les trois autres, détenus, étaient bien présents à la barre. Ils tenaient tous, parfois de manière approximative, le même discours.

Anoir B., alors locataire d’une surface commerciale à Mouscron, expliquait avoir été contacté par Omar E.. Ce dernier lui aurait alors proposé une somme d’argent afin de pouvoir occuper son local quelques jours. "Il m’avait dit qu’il était sur un bon coup mais je n’ai pas voulu en savoir plus", assurait Anoir B.. Ce fameux coup aurait alors été le vol de ces produits stupéfiants à une bande hollandaise qui était alors dans la région.

Ce vol, le ministère public n’y croyait guère. Pour son représentant, Anoir B. avait dès le début loué la surface à Mouscron dans le but d’y organiser un trafic de stupéfiants en association.

"Les différentes déclarations ne coïncident pas avec les faits. D’ailleurs, si la drogue avait été issue d’un vol, pourquoi la police aurait-elle retrouvé des sachets vides ? En tout, plus de 120 kilos de produits stupéfiants sont passés par ce commerce. On peut d’ailleurs estimer la cocaïne à près de 6.100.000 € !"

De lourdes peines d’emprisonnement étaient requises. Ainsi, Anoir B., que la justice estime impliqué à tous les niveaux, risque huit ans de prison. Les deux autres détenus, Felix G. et Omar E., risquent 6 ans.

Enfin, des peines entre 2 et 4 ans ont été requises contre les trois autres prévenus. Me Rivière, le conseil d’Omar E., soutenait la thèse du vol. "La police a retrouvé dans un ancien car-wash des GSM et des produits stupéfiants. Dans le téléphone, on retrouvait des sms en néerlandais qui parlaient de ce fameux vol."

Un sursis était requis pour ce qui excède la détention préventive déjà longue de 13 mois. Les autres conseils auront la parole le 7 novembre prochain.